Charleroi: le chantier du centre commercial Rive Gauche à nouveau à l'arrêt

Illustration
Illustration - © Saint-Lambert Promotion

La semaine dernière, une dizaine d'ouvriers égyptiens s'étaient croisés les bras pour salaires non payés sur le chantier carolo. Cette fois, ce sont 80 ouvriers égyptiens, kosovars et albanais qui ont arrêté le travail. Ils se plaignent, eux, de ne pas avoir reçu leur salaire complet depuis six mois.

Dans les deux cas, des ouvriers étrangers n'ayant, pour la plupart, jamais signé de contrat se retrouvent à travailler ici, en Belgique, sur un très gros chantier de construction. Les conditions d'hébergement sont pénibles et les beaux salaires promis n'arrivent pas. Certains n'ont presque rien reçu sur les six derniers mois.

Difficile de voir qui est responsable de tout cela car nous sommes face à un enchevêtrement de sociétés sous-traitantes impressionnant. Mais le patron d'une petite société italienne a été arrêté et inculpé notamment de traite des êtres humains.

Le groupe Bison, qui est à la tête du consortium, affirme cependant que l'argent a bien été versé.

Des réunions sont toujours en cours afin de tenter de démêler la situation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK