Charleroi: le chancre de l'ancienne "Garenne" bientôt démoli, assaini et rénové

Le président de la Sambrienne, Hicham Imane devant le bâtiment à démolir à la Broucheterre de  Charleroi
Le président de la Sambrienne, Hicham Imane devant le bâtiment à démolir à la Broucheterre de Charleroi - © rtbf.be - Bruno Strebelle

Visible depuis le R9 de Charleroi, l'ancien centre logistique communal (SEM), qui fut aussi le bâtiment de l’ancienne école de la Garenne, s'apparente à une véritable ruine. Au sein du projet "Cinquième élément" de la société de logements publics la Sambrienne, qui concerne l’ensemble du quartier de la Broucheterre, des logements, des commerces et des bureaux doivent y voir le jour. "Nous allons créer 80 logements, dans un premier temps, et l’ensemble des bureaux du siège social de la Sambrienne, ici", explique son président Hicham Imane.

Une première phase devait débuter par la démolition de l’ancienne structure au cours du premier trimestre 2017. Mais, un an plus tard, rien n’a bougé. Pour Hicham Imane, "Cela devient ennuyant. Dans tout projet, il y a des imprévus. Nous sommes sur un site minier et celui de l’ancien fort de Charleroi. Nous avons eu des problèmes de lenteur administrative. Nous avons dû attendre plusieurs mois pour avoir les autorisations de l’urbanisme et de la Région wallonne. Nous sommes donc impatients que les travaux débutent."

Des retards dans la démolition, conjugués aux nécessaires assainissements du sol, qui postposent un peu plus le début du chantier. Mais, aujourd’hui, la fin du tunnel semble proche. Le président de la Sambrienne est optimiste : "Nous espérons, pour la dernière semaine d’avril, que le marché sera attribué. Et, dans la foulée, que la société désignée viendra installer son chantier. Nous sommes dans la dernière ligne droite."

Et Hicham Imane de poursuivre: "C’est un projet phare. Il va même se développer. A l’avant, il y a une place que l’on doit refaire. Nous sommes aussi désormais propriétaires de quelques bâtiments en face. Le but est de pouvoir développer ce qui est aujourd’hui un chancre urbain en un tout nouveau quartier.

L'ensemble du projet devrait être terminé à l'horizon 2022, pour un budget global de 18 millions d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK