Charleroi : la SPA recherche des familles d'accueil avant l'adoption

A l'approche des vacances, l'affluence grimpe dans les refuges animaliers. A Charleroi par exemple, les équipes de la SPA ont beaucoup de travail. Enormément de chiens mais aussi et surtout des chatons dont il faut s'occuper. Alors pour soulager le personnel, a germé l'idée de créer des familles d'accueil. Ces dernières prennent en charge un animal avant qu'il ne soit proposé à l'adoption définitive. L'idée est aussi de sociabiliser les animaux, certains sont parfois restés en cage de longs moments. Comme nous l'explique Franck Goffaux, le directeur de la SPA de Charleroi: "On sait très bien que le comportement d'un chien n'est pas du tout le même lorsqu'il est en cage et lorsqu'il ne l'est pas. Et on a donc des chiens qui savent moins bien "se vendre", si je peux m'exprimer ainsi et donc ils n'ont pas de demandes particulières d'adoption parce que dans la cage il peut avoir un comportement qui n'a pas l'air des plus sociables ou des plus calmes alors que quand on le met en famille, directement il a un comportement tout autre."

Une famille pour sortir des cages, un cocon pour bien démarrer dans la vie, c'est primordial. Nous avons rencontré Corinne qui fait partie de ces nouvelles familles d'accueil. Elle a, depuis quelques semaines maintenant 4 nouveaux petits pensionnaires qui lui demandent beaucoup de temps. "Ici c'est une portée qui était à sevrer sans la mère ! Donc c'était énormément de travail puisqu'au début c'était un biberon toutes les 4 heures même la nuit ! J'ai déjà eu des portées avec la mère et là c'est moins de travail puisque la chatte s'en occupe ! Mais la difficulté c'est que les chatons sont très vite adoptés mais moins la mère et pendant ce temps-là on s'attache... "

Et même si c'est parfois compliqué de s'en séparer, Corinne nous le confie, elle est heureuse de pouvoir aider. Sachez que la SPA de Charleroi est encore à la recherche d'une dizaine de familles d'acceuil.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK