Charleroi: Igretec aide les communes à investir dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments

Illustration
Illustration - © Belga - Nicolas Maeterlinck

Les bâtiments publics sont un véritable gouffre financier pour de nombreuses communes. Ces édifices sont souvent vieux et mal isolés. Et, du coup, ils consomment beaucoup trop de mazout de chauffage, de gaz voire d'électricité. Alors, pour réaliser des économies, l'Intercommunale de développement économique de Charleroi, l'Igretec, propose d'investir dans la rénovation énergétique de ces bâtiments à la place des communes. Elle a débloqué une aide de 75 millions d'euros pour ce faire.

Premier axe pour réduire la facture énergétique des bâtiments communaux : le prix. Dans la région, plusieurs communes ont réalisé un achat groupé avec des prix préférentiels qui ont permis à Charleroi, par exemple, d’économiser un million d’euros en un an.

L’autre axe, c’est la consommation. Et c’est là qu’Igretec intervient : elle prête pour rénover et donc réduire la consommation. Igretec joue le rôle du tiers investisseur comme l’explique Renaud Moens, le directeur de l’intercommunale : "On a dégagé, au sein d’Igretec, 75 millions d’euros. Et donc ces 75 millions servent de base d’investissements faits par Igretec. Et Igretec se rembourse sur les économies d’énergie produites par les travaux d’efficience énergétique."

Quinze communes peuvent bénéficier de ce système. Depuis le début de l’opération, 44 bâtiments ont fait l’objet de rénovations avec une prise en charge complète par Igretec. Explications de Renaud Moens encore : "On accompagne le projet du début jusqu’à la fin. Tout d’abord, on s’occupe de tout ce qui est financement. On réalise l’audit énergétique, la maîtrise d’ouvrage, la surveillance. Et, aussi, nous assurons un suivi énergétique pendant quinze ans pour s’assurer que l’efficience énergétique est bien au rendez-vous."

Selon une étude récente, en Belgique, un bâtiment communal sur trois doit être rénové pour économiser l’énergie. Cela concerne des dizaines de bâtiments dans la zone couverte par Igretec.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK