Charleroi: des personnes tentent de libérer des animaux du cirque Bouglione

Le personnel et la direction du cirque Bouglione installé à Charleroi en ont ras le bol. Cela fait en effet plusieurs jours qu’ils sont la cible de mauvaises plaisanteries. La semaine dernière, des chameaux s'étaient échappés et s'étaient retrouvés sur le ring de Charleroi. Des actes sans doute orchestrés par des militants de la cause animale.

Parmi les faits constatés: des tags sur les affiches du spectacle, des intrusions sur le camp et l’ouverture des enclos de certains animaux. Une plainte a été déposée.

Alexandre Bouglione, le directeur du cirque, a confirmé les faits à l'agence Belga : "Lundi matin, nous avons remarqué que nos affiches avaient été taguées. On y annonçait l'annulation des représentations alors que nous serons à Charleroi jusqu'au 21 mai. L'an dernier, une association française pour la cause animale s'était déjà rendue coupable de faits similaires. Et nous avons également reçu des messages haineux sur notre page Facebook. Une telle violence suscite notre inquiétude. Nous ne nous sentons pas en sécurité et nous avons déposé plainte auprès de la police locale".

Les enclos des poneys et des lamas ouverts

Pierre Paillé est le "Monsieur Loyal" du cirque. Comme toute l’équipe de Bouglione, il a été réveillé à 3h du matin car les enclos des poneys et des lamas avaient été ouverts. "Pour nous c’est un souci. D’abord parce que c’est une mauvaise publicité. On est obligé de faire des rectificatifs pour dire aux gens qu’on est bien là jusqu’à dimanche et que ce n’est pas annulé, explique-t-il. Et puis, concernant les animaux, quelqu’un va veiller la nuit désormais pour ne pas que cela se reproduise parce qu’on est toujours inquiet. C’est fatigant. Venir s’en prendre aux animaux pour les lâcher en pleine nuit pour soi-disant leur donner la liberté… S'ils sont pour la protection des animaux et si ils aiment les animaux, je trouve absolument ridicule qu’ils ouvrent des boxes en plein centre-ville pour que les animaux aillent sur la route se faire choper par une voiture. Ce n’est pas très intelligent."

Pierre Paillé rappelle aussi que le cirque Bouglione respecte la loi belge sur le bien-être animal. Depuis cinq ans, les cirques ne peuvent plus posséder de félins ni d’éléphants par exemple. Seuls subsistent les poneys, chevaux, lamas, chameaux et chiens. Chez Bouglione, les chiens avaient été abandonnés par des propriétaires peu scrupuleux et ont été récupérés dans un refuge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir