Charleroi: cinq ans de prison ferme pour une double tentative de meurtre sur deux frères

Illustration
Illustration - © Belga - Bruno Fahy

Le tribunal correctionnel de Charleroi a rendu son jugement, ce lundi, pour une double tentative de meurtre survenue en 2017 à Forchies-la-Marche (Fontaine-l'Evêque) à l'encontre de deux frères qui célébraient un anniversaire. Suite au grabuge, leur voisin et ami était descendu avec un couteau et les avait poignardés tous les deux. Il écope de cinq ans de prison ferme.

Le 30 août 2017, vers 00h30, le prévenu, Jacques M., appelle la police pour signaler qu'il vient de se battre avec ses voisins qui habitent à l'étage inférieur. Sergio et Antonio M. sont grièvement blessés : le premier a été atteint au thorax et dans la région cervicale, le second au bras et au flanc. Au total, onze coups de couteau ont été donnés.

Le prévenu explique que, ce soir-là, il était rentré exténué après une longue journée de travail et qu'alors qu'il venait de s'endormir, il avait été réveillé vers minuit par le tapage nocturne des deux frères dont l'un célébrait son anniversaire. "J'étais mort de fatigue et j'ai eu la mauvaise réaction quand ils m'ont provoqué verbalement. Je savais qu'Antonio avait un couteau, alors j'ai pris le mien et je l'ai caché dans mon dos. Je pensais que l'exhiber mettrait fin à tout. Puis j'ai vu Sergio s'avancer et je lui ai donné un coup de poing. Antonio m'a sauté dessus et nous sommes tombés tous les trois. Son couteau est tombé, alors j'ai saisi le mien et j'ai frappé. J'ai ramassé les deux lames et j'ai appelé la police", a-t-il expliqué à l'audience.

Pour Me Gras, conseil des victimes, le mobile n'est pas le tapage nocturne, mais bien une "jalousie virile". Antonio M. et Jacques M. étaient amis de longue date et se voyaient quasi quotidiennement jusqu'à ce que Sergio, le frère du premier, s'installe dans l'immeuble. Jamais, dit l'avocat, les deux frères (qui étaient ivres) n'ont constitué un danger pour le prévenu.

Me Balsarini, conseil de Jacques M., a contesté cette intention de tuer, sollicitant la disqualification en coups et blessures volontaires qui, selon lui, ont tous été donnés aléatoirement lors de la mêlée, alors que les trois protagonistes étaient au sol. Il ajoute que son client s'est arrêté de frapper de son plein gré et qu'aucun organe vital n'a été touché.

Le tribunal a retenu le nombre de coups portés dans des régions potentiellement létales avec une lame de 20 centimètres, ainsi que la futilité du mobile. Jacques M. écope ainsi de cinq ans de prison ferme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK