Charleroi: 150 travailleurs de l'ISPPC ont manifesté ce vendredi

Quelque 150 travailleurs devant l'ISPPC ce vendredi matin
2 images
Quelque 150 travailleurs devant l'ISPPC ce vendredi matin - © rtbf.be - Grégory Fobe

Quelque 150 personnes affiliées au syndicat CGSP et faisant partie du personnel de l'ISPPC ont manifesté ce vendredi à 11h00 devant l'Espace Santé, à Charleroi. C'est là que se trouvent les bureaux de la direction de l'Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi (ISPPC).

Les travailleurs entendaient faire part de leur inquiétude face aux bouleversements de ces dernières semaines.

Bruno Vaisière est délégué principal CGSP. Il estime que l'absence de direction effective en ce moment -le directeur général des hôpitaux, Philippe Lejeune, a été suspendu, et l'administrateur général, Laurent Lévêque, est en congé maladie- pourrait être préjudiciable à l'intercommunale.

"Les discussions sont en cours au sujet de la réforme du secteur santé, voulue par la ministre fédérale de la Santé Maggie de Block. Les décisions doivent être prises d'ici la fin décembre 2017. Nous allons peut-être devoir collaborer avec d'autres hôpitaux, et allez savoir, il pourrait y avoir des mutations au sein du personnel, voire des pertes d'emplois. Mais en ce moment, nous ne savons rien, impossible d'avoir la moindre information à ce sujet".

Le délégué principal CGSP est aussi venu manifester avec d'autres revendications très concrètes: "Nous avons entendu parler voici quelques mois de la non-reconduction de 125 CDD (contrats à durée déterminée). Il semblerait que ça ne soit plus d'actualité, car les finances de l'ISPPC seraient meilleures que prévu. Mais là aussi, le personnel est inquiet car il n'a pas d'infos concrètes ! Les gens voudraient être rassurés ! Et puis, lors de négociations en 2014, nous avions obtenu un deuxième pilier de pension - si je puis dire - qui permettait de réduire les différences entre les pensions des nommés et des contractuels. Mais dans les faits, cet accord n'a jamais été appliqué. Nous sommes trois ans plus tard, et rien n'a bougé".

Avec cette manifestation, le syndicat socialiste espérait rencontrer le président du conseil d'administration, Nicolas Tzanetatos. Il espérait des avancées sur ces dossiers d'ici la fin juin, avant les vacances. Ce désir s'est réalisé puisque, après l'action menée ce vendredi matin, la CGSP a obtenu un rendez-vous avec le président de l'intercommunale. Celui-ci est prévu pour ce vendredi en fin de journée.

Notons que la CSC avait décidé, elle, de ne pas se joindre à la manifestation. Le syndicat chrétien estime qu'il ne faut pas interférer dans le travail judiciaire en cours. "La CSC ne se désintéresse évidemment pas du sort des travailleurs mais elle n’a reçu à ce stade aucune information indiquant que la situation du personnel risquait de se dégrader au cours des prochains mois", a indiqué Mélissa Maggio, permanente CSC.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir