Changement de législation dans le domaine des caméras de surveillance

Changement de législation dans l'installation des caméras de surveillance. Depuis le 10 janvier, si vous faites appel à une entreprise, elle doit être agréée par le ministère de l'Intérieur. C'est une obligation. La même qui s'applique d'ailleurs aux installateurs de systèmes d'alarme depuis plusieurs années. Une obligation qui a pour objectif d'éviter le travail au noir. Et qui est aussi synonyme 
d'installation de bonne qualité pour citoyen, comme l'explique Alexandre Rypens de la société Elec Plus à Binche: "Ca garantit à l'utilisateur que ces images vont pouvoir être exploitables, que les caméras vont être de bonne qualité (...) et bien placées en fonction des normes et des lois, parce qu'une caméra qui "regarde" la rue, est illégale, donc les images pourraient être irrecevables." C'est important s'il faut transférer ces images à la police et à la justice, en cas de cambriolage par exemple. 

L'installation coûtera donc un peu plus cher que si vous faites installer ces caméras par un copain électricien (ce qui est désormais interdit, si le "copain" n'a pas une entreprise agréée), mais vous pouvez toujours installer ces caméras vous-mêmes, à condition de les déclarer à la Commission de la Protection de la Vie Privée en précisant qui les a installées.

En cas de fraude, et d'installation "au noir" ou par une entreprise non-agréée, l'amende peut monter jusqu'à 25.000 euros, tant pour le citoyen que pour l’entreprise non-agréée.

Reste à être vigilant pour que votre caméra soit bien sécurisée. Et tout sera en ordre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK