Certains gilles de Binche chausseront des sabots de fabrication locale

Xavier Hacardiaux en plein travail
3 images
Xavier Hacardiaux en plein travail - © rtbf.be - Bruno Strebelle

A Binche, les costumes et les chapeaux sont prêts pour le carnaval. Mais un gille ne serait rien sans ses sabots. Un binchois a d'ailleurs décidé de créer sa propre saboterie. Il s’appelle Xavier Hacardiaux et fait le gille depuis plus de 40 ans. Désormais, ses sabots portent ses initiales et sont estampillés "Sabots de Binche". "Au départ, je suis négociant en bois et ma passion c’était de vraiment découvrir le secret de fabrication du sabot de gille. Sur un coup de tête, je me suis lancé dans le métier. J’ai essayé des centaines de modèles avant de mettre ça au point. Je me suis chauffé l’hiver avec. Il y en a qui se chauffent au bois, moi je me suis chauffé aux sabots. Le travail qui prend le plus de temps c’est le débitage du bois. Ensuite le copiage et le creusage ça va quand même assez vite : en une vingtaine de minutes, c’est fait quoi. Ce qui prend le plus de temps, c’est le séchage. Il faut compter un mois ou deux."

Il aura quand même fallu neuf ans de préparation pour que Xavier voie aboutir son rêve. Au départ de simples bûches de bois blanc, les sabots naissent entre les mains de cet artisan qui ne compte pas ses heures. L’homme a jusqu'ici produit une centaine de paires de sabots pour le plus grand confort des utilisateurs comme Philippe Parmentier, gille : "J’en ai acheté deux paires. On ne sait jamais. On peut en casser une et il faut en avoir une de réserve. Je m’y sens comme dans mes pantoufles."

Les sabots de Philippe, conçus et fabriqués du 39 au 50 par Xavier, battront le pavé binchois pour la première fois cette année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK