Ce changement d'heure que les diabétiques rêvent de voir disparaître

Ce changement d'heure que les diabétiques rêvent de voir disparaître
2 images
Ce changement d'heure que les diabétiques rêvent de voir disparaître - © © Marie-Anne Brilot

Dimanche, ce sera peut-être la dernière fois que l'on passera à l'heure d'hiver. La tradition du changement d'heure deux fois par an est en passe d'être abandonnée. Peu de gens s'en plaindront. Certainement pas Lucie (16 ans) en tout cas. Elle est diabétique, soumise à un traitement très contraignant de 4 piqûres par jour.

Chaque changement d'heure est synonyme pour elle de vigilance, la jeune femme craint d'être déstabilisée. "Le diabète, c'est une maladie compliquée, glisse-t-elle. Les hyperglycémies et hypoglycémie peuvent être dangereuses." Pour éviter tout problème, Lucie prend les devants et adapte son traitement. Si les aiguilles de l'horloge reculent d'une heure elle fait pareil : "Au lieu de faire la piqûre à 22h, je vais devoir la faire à 21h."

Les traitements de la maladie sont heureusement de plus en plus souples, nous apprend le Docteur Fabienne Liénart, diabétologue au CHU Tivoli, à La Louvière. "L'idée c'est que l'insuline doit coller à la vie du patient et pas l'inverse. Le traitement ne doit pas impacter leur mode de vie, leur travail et leur loisir..."

Les derniers traitements disponibles permettent de décaler la prise d'insuline de 3h, avant ou après l'heure habituelle. De quoi passer sans encombre le cap du changement d'heure saisonnier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK