Caterpillar: les compétences de plus de 400 ouvriers déjà reconnues

Caterpillar : Les compétences de 400 ouvriers déjà reconnues
Caterpillar : Les compétences de 400 ouvriers déjà reconnues - © Tous droits réservés

9 mois après l'annonce de la fermeture de Caterpillar, ce sont des centaines de travailleurs qui cherchent aujourd'hui à se recaser. Peintres, mécaniciens, conducteurs d'engins...; la plupart d'entre eux ont appris leur métier dans l'usine et n'ont pas de diplôme. C'est pour cela qu'une vaste opération de validation des compétences de ces ouvriers, prévue dans l'accord social, est en cours. Elle offre la possibilité d'obtenir un papier, une attestation officielle qui prouve leur savoir-faire.

Exemple avec Didier Froment, qui travaillait depuis 33 ans chez Caterpillar. Depuis ce vendredi matin, son expérience de peintre industriel est reconnue, validée : "C'est une nouvelle vie qui commence. Avant je peignais sans diplôme, j'ai appris mon métier sur le tas. Avec cette validation de mes compétences, plus mon expérience, j'espère retrouver du travail...."

Didier Froment a passé ce test dans un centre agréé. Ils seront des centaines d'anciens ouvriers de Caterpillar à le faire dans les semaines à venir. Mais avant cette 2ème phase de validation, une autre a eu lieu et c'était une première : pas moins de 400 ouvriers ont pu passer ces tests à l'usine de Gosselies, sur leur poste de travail, juste avant de le quitter. " C'est un réel plus, explique Alain Kock, responsable de la validation des compétences. D'une part, c'est très proche et rapide pour les travailleurs. D'autre part, on a pu bénéficier de l'encadrement de l'entreprise pour organiser les épreuves. Donc, on y gagne vraiment tant quantitativement que qualitativement."

Au total, on estime que pas moins d'un millier d'anciens travailleurs de Caterpillar devraient ainsi pouvoir obtenir une validation de leur compétences. A noter que les responsables de ces validations insistent sur le fait que ces validations de compétences ne sont pas réservées aux travailleurs d'entreprises qui ferment ou qui sont en difficulté. Elles sont accessibles à tous.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK