Caterpillar Grenoble: solidarité avec Gosselies lors d'une manifestation en ville

Les travailleurs de l’entreprise Caterpillar à Grenoble sont en grève ce jeudi. Leur action vise à dénoncer d’abord et avant tout la loi travail du gouvernement français mais aussi un mouvement de solidarité envers leurs collègues de Caterpillar à Gosselies.

On sait que si Gosselies ferme, Grenoble récupèrera une partie de la production carolo. Pourtant, à Grenoble, ce sont des tracteurs qui sont visibles dans l’enceinte de l’usine, où travaillent quelque 1 500 travailleurs, alors qu’à Gosselies il s’agit surtout de grosses pelleteuses. A Grenoble, on produit pour le marché américain alors que dans la périphérie de Charleroi c’est le marché européen qui est client.

Il ne faut pas se le cacher, la fermeture de Gosselies est accueillie avec un peu de soulagement à Grenoble car la direction de Caterpillar s’était évertuée à mettre les deux sites en concurrence. Cela dit, même si les chargeurs sur pneus de Gosselies seront fabriqués à Grenoble, une partie de la production sera délocalisée au Brésil, ce qui n’est pas de nature à rassurer personnel et syndicats français. Certains manifestants nous parlent : " On a autant peur qu’eux. Parce qu’on est sauvés mais on va récupérer un produit qui, apparemment, n’est pas rentable. Demain, ils risquent de fermer en France, ce sera pareil. Aux collègues de Gosselies je dis qu’il ne faut rien lâcher. On n’est pas à leur place mais on imagine bien ce qu’ils ressentent. Courage ! "

A Grenoble, les travailleurs locaux de Caterpillar sont en tête du cortège des 5 000 manifestants avec des appels à la solidarité envers Gosselies. Et une délégation de certains d’entre eux participera à la manifestation prévue à Charleroi ce vendredi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK