Carnaval de Charleroi: le corbeau est prêt à être brulé

Carnaval de Charleroi: le corbeau est prêt à être brulé
4 images
Carnaval de Charleroi: le corbeau est prêt à être brulé - © Luciano Arcangeli

Il n'y a pas qu'à Binche qu'il y a un carnaval et des Gilles, à Charleroi aussi. Et on peut dire qu'il connaît un nouvel essor depuis que l'Eden de Charleroi a repris sa gestion: de nouvelles traditions, plus de participants et un retour sur le parcours des premiers carnavaliers.

Pour cette 79e édition, le parcours du cortège a en effet changé. Il ne passera plus par la ville haute mais par la ville basse. C'est un retour aux sources pour cet événement qui passait à une époque par le boulevard Tirou. Mais c'est surtout une question de sécurité.

"Comme la ville haute est en travaux et qu'il y a certains impétrants, on a voulu changer le parcours pour davantage de sécurité", explique Babette Jandrain, échevine des fêtes. Le cortège démarre donc du boulevard Audent, descend la rue du pont neuf et puis tout le boulevard Tirou vers la place de la Digue.

Autre élément qui change: le carnaval de Charleroi a de plus en plus la cote. "On est presque à 1200 participants rien que dans le cortège, précise l'échevine. Un cortège qui se veut inclusif et intergénérationnel où il y a beaucoup plus de cohésion par rapport aux groupes de folklore. Il y a donc un mixe."

Tout part d'une moquerie

Pour le brûlage du Corbeau, rendez-vous à 19h30 non plus sur la place du Manège, mais sur la place de la Digue. Une tradition plutôt neuve. "Ça vient en fait d'un Gilles récalcitrant qui s'est un jour moqué du comité du carnaval qui s'habille tout en noir, raconte Fabrice Laurent directeur de l'Eden. Il les a menacé de les brûler en les appelant les corbeaux. De cette moquerie, est née la tradition de brûler un corbeau à Charleroi."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK