Cap48: à la recherche de financements pour la relaxation des personnes handicapées

L'opération Cap 48 ne se limite pas à quelques semaines de campagne, en octobre. En ce moment, des dons sont récoltés pour soutenir des projets bien précis via une plateforme de crowdfunding, Lab Cap48. Parmi ces projets, celui de la résidence Nicolas 1er à Saint-Ghislain. Ce service, qui héberge une quarantaine d'adultes déficients mentaux, souhaite installer un espace "snoezelen", dédié à la relaxation et à l'éveil des sens des résidents. "La vie de collectivité peut engendrer des problèmes de comportement. Venir de manière individuelle, dans un espace restreint avec un éducateur, peut apaiser les sens. Pour les personnes plus grabataires, qui ne font pas beaucoup d’activités en temps normal, ça peut au contraire éveiller leurs sens", explique Elsa Nepotschelowitsch, la directrice de l’établissement. Dans le cadre du Lab Cap48, plusieurs institutions demandent de l'aide pour financer ce type de projet plutôt coûteux.

Matelas d’eau et diffuseurs de parfums

La résidence a déjà aménagé une pièce de manière sommaire : des murs et un plafond bleu nuit couverts d’étoiles, des matelas, des lampes colorées, des objets et des étoffes destinés à stimuler les sens. Elodie Boulard, éducatrice formée au snoezelen, y a déjà emmené quelques résidents: "Ils ressentent de la détente. C’est ce qu’on recherche. Les effets sont déjà positifs". Mais un snoezelen digne de ce nom a besoin d’aménagements spécifiques. L’élément central, indispensable pour mettre les personnes en confiance, est un matelas d’eau, qui procure une grande sensation de détente. Dans ce cas-ci, il devra être adapté aux personnes en chaise roulante. Un tel élément coûte à lui seul quelques 7000 euros. Il faut y ajouter des éclairages colorés et changeants, des diffuseurs de sons et de parfums relaxants. Les murs de la pièce seront également recouverts d’enduits spéciaux pour assurer aux résidents un maximum de bien-être. L'aménagement complet de l'espace est estimé à environ 15.000 euros.

L’ensemble de l’équipe formée

Deux éducateurs de la résidence sont déjà en train de se former au snoezelen, mais, à terme, l’ensemble du personnel va apprendre à utiliser au mieux cet outil. "L’idée est vraiment d’avoir une prise en charge de qualité et très professionnelle. Si on n’a pas analysé correctement la problématique de départ, le snoezelen pourrait provoquer les effets inverses", met en garde la directrice. L'idée de la résidence est aussi d'appliquer le principe du snoezelen dans la vie quotidienne : veiller à préserver les goûts des aliments servis, vivre dans une ambiance zen et détendue...

Le crowdfunding est en cours jusqu'au 27 avril sur le site du Lab Cap48. L'institution a déjà obtenu un peu plus de la moitié de la somme qu'elle convoite, ce qui lui permettra d’acheter au minimum le matelas d'eau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK