C'était le "Woodstock belge", Amougies se souvient 50 ans plus tard

Yves, Bernard et Philippe ont monté une exposition sur le festival d'Amougies 1969.
2 images
Yves, Bernard et Philippe ont monté une exposition sur le festival d'Amougies 1969. - © RTBF

C’était en octobre 1969, des milliers de hippies débarquaient à Amougies, pas très loin de Tournai. Le " Festival Actuel ", initialement prévu à Paris, trouvait dans le petit village au pied du Mont de l’Enclus un lieu aussi idéal qu’improbable pour accueillir des groupes prestigieux comme Pink Floyd ou Ten Years After.

Cinquante ans plus tard, Amougies s’apprête à célébrer l’anniversaire. Au programme : un concert à l’aérodrome du village ce samedi, là où s’était déroulé le festival de 69. Et jusqu’à dimanche, une exposition mise en place par quelques passionnés à la Maison des Randonneurs au sommet du Mont de l’Enclus.

"J’ai raté Pink Floyd"

Yves fait partie de ces passionnés. Il était présent lors de la première journée du festival. "Je me souviens bien de Collosseum et Ten Years After mais je n’ai pas assisté à la suite des festivités. J’ai donc dû louper Pink Floyd le lendemain", sourit-il. Tout n’était toutefois pas perdu puisque la grande histoire de la musique allait durablement marquer l’histoire familiale du jeune hippie de l’époque. "C’est en effet là que j’ai rencontré mon épouse, la fille du fermier qui avait prêté sa prairie pour l’installation du chapiteau."

"Une affiche plus intéressante qu’à Woodstock"

Bernard aussi a vécu de près l’événement. "En passant par hasard, on a vu les camions. C’est le fermier qui nous a dit qu’un festival allait se dérouler. On est donc restés." Six jours au total dans une ambiance qu’il décrit comme très conviviale. "Il n’y avait pas de drogue, hormis un joint ou l’autre. Pas de violence non plus", poursuit notre interlocuteur. Côté musique, c’était assez pointu. "Il fallait s’y connaître pour apprécier". Mais Bernard ose le dire tout haut. "Je pense que l’affiche d’Amougies est au niveau qualitatif plus intéressante qu’à Woodstock."

Mieux ou pas qu’à Woodstock, peu importe pour les Amougiens. Ceux qui l’ont connu restent fiers d’avoir pu accueillir un festival de cette ampleur dans leur village.

Ecoutez nos reportages ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK