Bruxelles: l'abattage sans étourdissement dans les structures temporaires serait illégal

Les détracteurs de la décision flamande estiment pour leur part qu'elle encourage l'abattage clandestin, opéré dans des conditions incontrôlables.
Les détracteurs de la décision flamande estiment pour leur part qu'elle encourage l'abattage clandestin, opéré dans des conditions incontrôlables. - © Belga

Un avis du Conseil d'État sur un projet d'arrêté de la secrétaire d'État bruxelloise au Bien-être animal Bianca Debaets juge illégal l'abattage d'animaux sans étourdissement préalable dans les structures temporaires à Bruxelles, a affirmé mardi la députée bruxelloise Liesbet Dhaene (N-VA).

En Flandre, le ministre en charge du Bien-être animal, Ben Weyts (N-VA), a interdit l'abattage sans étourdissement dans les abattoirs temporaires qui étaient mis en place à l'occasion de la fête musulmane du Sacrifice.

Il justifiait cette décision non seulement par des raisons de bien-être des animaux, mais aussi par des motifs légaux: la réglementation européenne n'autorise l'abattage sans étourdissement que dans un abattoir régulier, selon lui.

Formation plutôt qu'interdiction

En Région bruxelloise, Bianca Debaets (CD&V) n'a pas opté pour une interdiction mais pour une formation obligatoire des abatteurs confessionnels. Son projet d'arrêté a été soumis au Conseil d'État qui l'a jugé illégal au regard de la réglementation européenne, selon la N-VA.

"Toute personne qui combattra devant un tribunal les abattoirs temporaires à Bruxelles obtiendra gain de cause. Pour éviter le chaos, il faut suivre l'exemple flamand", plaide Mme Dhaene.

Les détracteurs de la décision flamande estiment pour leur part qu'elle encourage l'abattage clandestin, opéré dans des conditions incontrôlables.

Contacté par Belga en matinée, le cabinet Debaets n'avait pas encore réagi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK