Brunehaut: les bénévoles de l'opération "oranges" ne pourront pas sonner aux portes

L'opération "oranges" sera inévitablement impactée par cette décision que les bénévoles regrettent
L'opération "oranges" sera inévitablement impactée par cette décision que les bénévoles regrettent - © Photo Laurent Dupuis

C'est une opération qui se déroule depuis plus de 30 ans, mais elle ne sera pas possible cette année à Brunehaut, en tous cas pas dans sa forme habituelle: l'opération "Oranges", menée par l'institut Don Bosco à Blandain. Les bénévoles ne pourront pas sonner aux portes des habitants de Brunehaut comme ils le faisaient chaque année.

Depuis 32 ans, fin novembre, des bénévoles vont vendre des filets d’oranges et de clémentines. La vente se fait en grande partie en porte à porte dans plusieurs entités de Wallonie picarde: celle de Tournai et des entités voisines. Le but : récolter des fonds pour améliorer le bien-être des 36 enfants issus de milieux défavorisés et hébergés à Blandain.

Mais chaque année, le nombre de bénévoles diminue. La vente d’agrumes aussi. Tout comme les bénéfices.

L’Institut rencontre un nouveau problème : l’interdiction du porte à porte dans l’entité de Brunehaut.

Pour éviter les arnaques

Une mesure prise par le bourgmestre, Pierre Wacquier, à cause des nombreux arnaqueurs qui tentent de piéger les habitants de cette façon: "Tous les jours, j'ai des difficultés avec des colporteurs qui présentent une autorisation du collège communal et cette autorisation est fausse. Donc, pour éviter la chose, nous ne donnons plus d'autorisations, on respecte correctement le règlement communal qui est clair sur le principe (...) Je pense que ça ne pose pas de problème à partir du moment où la voirie publique est mise à disposition (ndlr: pour la vente des oranges par les bénévoles) à la sortie des événements, à la sortie de l'église sur la place. Ça ne pose pas de problème."

"Nous sommes heurtés"

En revanche, la mesure passe mal pour les bénévoles de l'opération "Oranges": le père Guy Dozinel, bénévole de la première heure et président de l'ASBL "Opération Oranges", ne comprend pas : "Nous sommes heurtés parce que ça fait déjà de très nombreuses années que ce sont des bénévoles du coin qui font l'opération et je ne vois pas comment ils pourraient perturber la tranquillité du public. (...) Nous sommes connus, depuis les années que nous faisons cette opération! (...) Nous allons essayer de faire des commandes groupées mais on n'atteindra pas la quantité de fruits que nous pouvions vendre par le porte-à-porte."

L'opération "Oranges" aura lieu ce week-end.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK