Binche : suspension du prononcé pour des faits de maltraitance sur des enfants

Illustration
Illustration - © Belga - AFP

Le tribunal correctionnel de Charleroi a accordé, ce mercredi, le bénéfice de la suspension du prononcé à Anthony L., poursuivi pour des faits de maltraitance commis sur les enfants de sa compagne.

En décembre 2015, un enfant de huit ans avait été retrouvé errant dans les rues près de l'église de Binche. Il portait des traces d'hématomes. L'enquête avait conduit à suspecter Anthony L., compagnon de la mère du jeune garçon.

L'enfant avait expliqué qu'il était victime de mauvais traitements, se disant l'objet de coups, et devant subir, en guise de punition, des douches glacées. Il avait raconté que son petit frère âgé de deux ans subissait le même genre de sévices.

Le parquet avait estimé les faits établis en réclamant 18 mois de prison contre Anthony L. La défense avait évoqué le cadre difficile de la famille recomposée, dans laquelle le prévenu avait tenté de mettre de l'ordre à sa manière. Mais, avait plaidé le défenseur, il a depuis lors suivi une thérapie destinée à gérer sa violence. L'avocat avait plaidé l'absence de traitements dégradants, en demandant le bénéfice d'une suspension du prononcé de la condamnation.

C'est l'optique qu'a choisie le tribunal. Dans son jugement, il relève effectivement que des hématomes anciens et récents ont été constatés sur l'enfant. Il acquitte toutefois le prévenu de la prévention de traitements dégradants. Anthony L. bénéficie de la suspension du prononcé pour une durée de cinq ans, assortie de conditions probatoires parmi lesquelles figure un suivi psychologique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK