Binche sans carnaval : triste et compliqué à vivre pour les amateurs de folklore

Binche sans carnaval : triste et compliqué à vivre pour les amateurs de folklore
Binche sans carnaval : triste et compliqué à vivre pour les amateurs de folklore - © Tous droits réservés

L’absence de carnaval est très difficile à vivre pour les Binchois. Si bien que certains pourraient être tentés de fêter, malgré tout, ce non-carnaval. Le parquet de Charleroi, dont dépend Binche, a donc estimé nécessaire de rappeler les règles : en rue, les rassemblements ne peuvent dépasser quatre personnes. Les familles ne peuvent accueillir chez elles qu’une seule personne. Et les déguisements seront interdits en rue. De même que la consommation de boissons alcoolisées. La police sera vigilante.

Les carnavals alternatifs ne seront donc pas tolérés et aucune exception ne sera accordée aux amoureux du folklore.

Du coup, ce dimanche, le silence régnait à Binche. Dans le ciel, le soleil était déjà haut lorsque, dans un café de la grand-place, un joueur de tambour battit toute sa tristesse de ne pouvoir jouer à l’extérieur. Sur le trottoir, des passants enchantés ont admiré le spectacle comme une bouffée d’oxygène. Plus loin, un homme gara son véhicule, en sortit et ouvrit son coffre pour en retirer son tambour. Alors, malgré la situation, c’était plus fort que lui : il joua les yeux au ciel pour ne pas laisser échapper une larme. En une minute, la police était sur place et lui demanda calmement de ranger son instrument. Dans le centre-ville, d’autres tambours calfeutrés se sont fait entendre derrière les portes closes. Ils disaient aux Binchois à quel point le carnaval était, est et sera toujours là.

Une cagnotte pour venir en aide aux artisans du carnaval

Le manque de carnaval a débouché sur une série d’initiatives pour aider les artisans du folklore binchois : les sabotiers, les fabricants de masques et les louageurs. L’ADF, l’Association de Défense du Folklore coordonne donc les différentes initiatives pour leur venir en aide. Une cagnotte a été lancée comme l’explique Daniel Pourbaix, président de l’ADF : "Chaque Binchois a le carnaval dans son cœur. Sans ses artisans, c’est-à-dire les louageurs, les sabotiers et les facteurs de masques qui ont la tradition dans leurs doigts, il n’y aura pas de tradition. Donc, l’ADF, déjà depuis un certain temps, a constitué une cagnotte. Cagnotte à laquelle participent et peuvent participer les acteurs du carnaval et, également, la population binchoise. L’ambiance va être, je pense, un peu triste parce qu’on aura bien sûr au cœur la tristesse de ne pas voir nos gilles, nos arlequins, nos marins, nos pierrots battre le pavé de la ville. Et il faut surtout que la tradition reste dans notre cœur pour que, l’année prochaine, le carnaval 2022 soit un carnaval de renaissance."

Les acteurs du folklore binchois bénéficieront aussi d’une aide spécifique du gouvernement wallon qui a été annoncée la semaine dernière.

Sur le même sujet: JT 13/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK