Beloeil: les inondations de mai 2016 bientôt reconnues "calamité", pas celles de juin

es inondations de juin 2016 avaient été particulièrement importantes à Beloeil
es inondations de juin 2016 avaient été particulièrement importantes à Beloeil - © Jeremy Giltaire

Le fonds des calamités va enfin reconnaître les inondations de mai 2016 dans la commune de Beloeil. Celles-ci répondent en effet aux critères de reconnaissance. Ce qui n’est pas le cas des inondations de juin 2016 qui avaient causé plus de dégâts, mais cette situation n’avait pu être objectivée par les relevés pratiqués: ceux-ci n’avaient en effet pas été jugés suffisants pour prétendre à une indemnisation de ce fonds.

Un recours

Depuis, Beloeil a déposé un recours au Gouvernement wallon et des éléments complémentaires ont été livrés aux services compétents, des éléments qui ont été transmis à l’IRM pour une vérification scientifique visant à l’édification d’un nouveau rapport du centre régional de crise.

Par ailleurs, les Députés wallons Bruno Lefebvre (PS) et Jean-Pierre Denis (PS) ont demandé l’établissement d’un plan d’action pour réfléchir à des aménagements préventifs pour éviter que des communes comme Beloeil et Chièvres connaissent à nouveau des problèmes. Ainsi cette dernière a déjà réalisé certains aménagements mais ceux-ci s’avéreraient insuffisants si des mesures plus globales ne sont pas prises (au niveau de la commune de Beloeil notamment).

Une étude globale

Selon les deux députés, le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) "est favorable à la nécessité de mener une étude globale sur l’ensemble du bassin versant de la Hunelle (un ruisseau qui prend sa source à Beloeil et qui traverse différentes localités dont Chièvres avant de se jeter dans la Dendre ndlr) tant pour les aspects de ruissellement que des débordements".

Une étude a été commandée au Groupe Transversal Inondation (GTI) pour trouver des solutions en collaboration avec les gestionnaires des cours d’eau concernés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK