Belœil : fermeture de la dernière banque du village

Le mercredi 24 avril à 12h30, la banque BNP Paribas Fortis de Belœil fermera ses portes. Le centre de la commune sera donc dépourvu d'agence bancaire mais aussi -et surtout- de distributeur automatique de billets. Michel Dubois, échevin des finances communales de Belœil, précise que la problématique n'a pas encore été abordée par le Collège communal.

Pour les commerçants, c'est un problème car plusieurs d'entre eux ne disposent pas de Bancontact. Ils craignent de perdre leur clientèle très vite et de voir mourir la vie locale. "Les clients avaient l'habitude d'aller retirer de l'argent liquide avant leurs achats, voire de traverser vers la banque pour retirer la somme nécessaire", déclare la fleuriste. Dorénavant, Le distributeur automatique de billets le plus proche sera à plus de sept kilomètres.
Du côté des riverains, la situation est surtout problématique pour les personnes âgées. "Imaginez une personne de 80 ans ou plus. Elle ne sait plus se déplacer seule comme elle le souhaite, elle doit dépendre de quelqu'un et sait encore moins comment utiliser les services informatisés", explique Carine. Quant aux autres services bancaires, les clients pourront choisir soit un transfert vers Chièvres, soit vers Leuze-en-Hainaut... Soit de changer de banque.

Il existe plusieurs solutions pour les communes qui sont confrontées à cette situation. Par exemple, bpost s'engage à installer un distributeur de billets dans les communes qui en sont dépourvues. Dans ce cas-ci, il y a encore des agences bancaires à Basècles et à Quevaucamps, qui font partie de l'entité de Belœil. Par conséquent, ça ne remplit pas les conditions de bpost.
Ensuite, une entreprise de sécurité du secteur privé propose un service de gestion des distributeurs de billets. Cela représente un certain coût pour la commune puisque la location d'un distributeur de billets est facturée environ 2.000 euros par mois. Pour les utilisateurs, un prélèvement de moins d'un euro serait effectué à chaque transaction.
Il semble finalement que les commerçants n'aient pas d'autre choix que de s'équiper d'un Bancontact.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK