Attentats à Paris: deux hommes ont été interpellés à Gilly

L'un des suspects interpellés à Gilly serait Metin K., un Carolo connu de la Justice pour divers petits trafics (illustration).
L'un des suspects interpellés à Gilly serait Metin K., un Carolo connu de la Justice pour divers petits trafics (illustration). - © Belga

Deux hommes à l'encontre desquels la justice française avait émis un mandat d'arrêt international dans le cadre de l'enquête sur le volet armes de l'attaque contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Casher à Paris, ont été interpellés mercredi à Gilly, a indiqué jeudi le parquet fédéral, confirmant ainsi une information parue dans Sudpresse.

Dix personnes ont été interpellées en France et en Belgique entre lundi et ce mercredi dans le dossier des attentats contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Cacher, en janvier 2015 en France. Les suspects sont soupçonnés d'avoir fourni des armes à Amedy Coulibaly, l'assaillant de l'Hyper Cacher qui avait tué quatre personnes de confession juive avant d'être abattu par la police, deux jours après l'attaque perpétrée par les frères Chérif et Saïd Kouachi contre le journal satirique Charlie Hebdo.

Selon Sudpresse, l'un des suspects interpellés à Gilly est Metin K., un Carolo connu de la Justice pour divers petits trafics (comme la tenue de salles de jeux clandestins) et qui, à la mi-janvier 2015 s'était présenté à la police fédérale de Charleroi en déclarant avoir été en contact avec le terroriste Amedy Coulibaly. Ayant vu les attentats de Paris aux informations, Metin K. avait pris peur et s'était rendu immédiatement aux forces de l'ordre. Celles-ci avaient effectué une visite domiciliaire chez lui.

Les enquêteurs y avaient effectivement trouvé la trace d'une transaction portant sur un véhicule, racheté à la compagne de Coulibaly, Hayat Boumedienne, via un intermédiaire parisien. Ils avaient également découvert des papiers, semble-t-il anciens, mentionnant des armes qui rappelaient celles utilisées à l'Hyper Cacher. Metin K. avait été placé sous mandat d'arrêt pour trafic d'armes et association de malfaiteurs avant d'être finalement remis en liberté sous conditions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK