Ath : la fanfare au fond du jardin

La fanfare au fond du jardin
La fanfare au fond du jardin - © RTBF

La culture tourne au ralenti et les fanfares aussi. Depuis le début de la pandémie, (quasi) toutes les festivités ont été annulées. Impossible donc pour les fanfares de sortir leurs instruments et de défiler au son de la musique. Souvent composés de plusieurs dizaines de membres, ces "orchestres mobiles" peinent à trouver des alternatives pour continuer à jouer. Certains ont tenté de répéter par visioconférence mais impossible d’être dans le rythme au vu du décalage de quelques de secondes entre les participants.

Il y a quelques semaines le comité de concertation autorisait les rassemblements en extérieur, en respectant les mesures de distanciation sociale. L’occasion idéale pour Alain (grosse caisse), Yves (soubassophone), Jean-Luc (trompette) et Alain (trompette), 4 musiciens originaires de l’entité d’Ath, de sortir leurs instruments. Ensemble ils se retrouvent dans le jardin d’Alain (grosse caisse) pour jouer quelques morceaux. " C’est toujours un plaisir de se retrouver et d’entonner la chansonnette avec nos instruments respectifs " explique Jean-Luc.

Sans perfective de pouvoir rejouer dans leurs fanfares, ces musiciens se réunissent pour ne pas oublier les notes des morceaux, mais surtout pour se revoir après de longs mois de confinement. Ils craignent que beaucoup d’autres membres de la fanfare ne savent plus jouer lorsqu’ils pourront à nouveau sortir en groupe. En attendant, ils répètent une heure chaque semaine. Touche d’originalité, ces musiciens n’utilisent pas de partition "la musique c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas si on roule un peu tous les jours" termine Yves avant de souffler dans son soubassophone.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK