Assises du Hainaut: Yasin Driessens accusé d'un meurtre commis à Châtelet en 2018

C’est ce lundi 31 mai que s’ouvre, à la cour d’assises du Hainaut, le procès de Yasin Driessens, 23 ans, accusé du meurtre de Romain Martin commis la nuit du 8 au 9 juillet 2018 à Châtelet.

Sept hommes et cinq femmes ont été tirés au sort, jeudi dernier, pour former le jury. Deux hommes et deux femmes ont été tirés au sort comme jurés suppléants.

Détenu, Yasin Driessens est défendu par Me Fabian Lauvaux et Me Fanny Hanot du barreau de Charleroi. Me Jean-Philippe Mayence, Me Elena d’Agristina et Me Marie-Cécile Deprez, également du barreau de Charleroi, représentent les parties civiles. L’avocat général François Demoulin représente l’accusation lors de ce procès présidé par Martine Baes, conseillère à la cour d'appel du Hainaut.

Les faits

Le 8 juillet 2018, à 23h48, la police de Châtelet se rend à la rue de Loverval pour porter secours à un homme qui a reçu des coups et qui se trouve couché au sol sur le trottoir situé en face d’un magasin de décoration. Romain Martin, 27 ans, est inconscient et sans réaction lors de l’arrivée des premiers policiers. L’homme présente une blessure, non sanguinolente, sur le côté droit du front. Un homme se tient debout près de lui : il s’agit de Yasin Driessens, décrit par les policiers comme extrêmement calme et détendu. Il se désigne d’emblée comme l’auteur des coups qu’il explique comme une correction à mains nues d’un homme qui aurait été violent avec sa compagne. Romain Martin est emmené à l’hôpital où il décède quelques heures plus tard d’un très sévère traumatisme crânien provoqué probablement par des coups de pied portés à la tête. C’est ce qu’ont constaté les médecins légistes lors de l’autopsie.

Les policiers ont retracé une ligne du temps et ont appris que la victime avait passé la soirée dans un restaurant chinois avec sa petite amie, puis dans un café où ils ont bu pas mal d’alcool. Une dispute verbale a éclaté au sein du couple dans le café et s’est poursuivie dans la rue. Trois jeunes, l’accusé et deux mineurs, se sont mêlés à cette querelle d’amoureux.


Selon l’enquête, la scène de coups s’est déroulée en deux phases. Dans la première, l’accusé était accompagné des deux mineurs. Dans la seconde, il était seul avec la victime. Le crime a été partiellement filmé par des caméras qui surveillent le parking d’un magasin. Romain Martin entre dans le parking, seul, vers 23h07. Il est poursuivi par l’accusé et les deux mineurs qui y entrent à 23h09 et en repartent à 23h13. Ils y reviennent quelques secondes plus tard. L’accusé et un mineur sont filmés en train de transporter la victime en la tenant, l’un par les jambes, l’autre par les bras. Parvenus à hauteur du portail, ils jettent la victime, qui heurte violemment le sol. Ensuite, tous les trois portent des coups de pied à hauteur du torse et de la tête de la victime. A 23h15, ils quittent les lieux. Yasin Driessens revient vers 23h19. Il se place face à la victime toujours au sol et la photographie avec son téléphone portable. La victime semble se redresser et tenter de s’asseoir. L’accusé lui porte alors une gifle à la tête et le repousse ensuite à l’aide de son pied droit. La victime retombe sur le flanc gauche. Plus tard, la victime se remet en position assise, adossée au portail. Mais l’accusé revient d’un pas décidé et frappe la victime à la tête d’un violent coup de pied. Romain Martin retombe sur le sol et ne bouge plus. Pour l’accusation, c’est le coup qui a causé la mort.

Les deux coauteurs, mineurs au moment des faits, ont fait l’objet de procédures devant les juridictions de la jeunesse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK