Assises du Hainaut: la perpétuité et aucune circonstance atténuante pour Gaetan Minne

La peine est tombée vers 14h45, ce mercredi, à la Cour d'Assises du Hainaut. Gaetan Minne a été condamné à la réclusion à perpétuité pour un incendie volontaire et au versement d'une amende de 21 063€. Le jury n'a retenu aucune circonstance atténuante à l'incendiaire malgré les carences affectives et l'absence de structures. 

Les raisons de cette non prise en compte sont multiples: elles vont du profil psychologique  du condamné, son égocentrisme, ainsi que son opportunisme et son impulsivité à son absence d'empathie.  D'autre part, le constat que Gaetan Minne n'a tiré aucun enseignement des nombreux rappels donnés par les milieux socio-professionnels et judiciaires, ainsi que des possibilités de se structurer qui lui ont été offertes, a aussi joué.  Sa dangerosité pour la Société a également été prise en compte.

L'aveu

Pendant le procès, il avait avoué avoir mis le feu, la nuit du 22 juin 2015, à une habitation de Marchienne-au-Pont (Charleroi), causant la mort de cinq personnes: son ex-compagne, Cynthia Van Reusel, la mère de celle-ci, ainsi que trois des quatre enfants qu'ont eus ensemble Cynthia et Gaetan. Seule une petite fille avait survécu.

Dans son réquisitoire sur la peine, ce mercredi matin, l'avocate générale avait réclamé une peine de minimum 30 ans de réclusion. "En raison, selon Ingrid Godart, de l'extrême gravité des faits et du danger Gaetan Minne représente pour la société." Cela dit, l'avocate général avait ouvert la porte à la possibilité de circonstances atténuantes dont pourrait bénéficier l'accusé, au vu notamment de son attitude pendant le procès. "Il n'a pas tenté de se dérober, il a fait des aveux circonstanciés. Tout le monde n'en est pas capable." 

Une enfance difficile

De leur côté, les avocats de la défense avaient rappelé l'enfance difficile sans aucun cadre, un père absent et souvent en prison, un parcours scolaire chaotique. "Gaetan Minne était le boulet, le sac de patates que tout le monde se refilait et qui allait d'institution en institution", a expliqué Maître Khoulalène. "Cet ensemble de circonstances ne justifie pas les faits commis, ils sont impardonnables. Mais des circonstances ont existé", conclut l'avocat. 

"Je dois être condamné sévèrement pour ce que j'ai fait" 

Comme le veut la procédure, c'est l'accusé qui a eu le dernier mot. "Je sais que le chemin sera long et dur, mais je vais y arriver, a dit Gaetan Minne. Je dois être condamné sévèrement pour ce que j'ai fait." 

Une condamnation sévère, c'est ce que la cour d'assises a décidé en lui infligeant une peine de prison à perpétuité. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK