Assises: début du procès de Thomas Lesire, accusé du meurtre d'une octogénaire à Châtelet

Illustration
Illustration - © Belga - David Stockman

Sept femmes et cinq hommes seront chargés de juger, dès ce lundi 3 mai, Thomas Lesire, âgé de 36 ans et accusé du meurtre de Paulette Delpire tuée de plus de cinquante coups de couteau à Châtelet le 31 mai 2019.

Ce jour-là peu avant 23h00, le corps sans vie de Paulette Delpire, 83 ans, est retrouvé dans son appartement de la Cité Heureuse à Châtelet par son petit-fils. A leur arrivée sur les lieux, les policiers de la zone locale constatent que la victime est couchée sur le dos. Elle a le visage fortement tuméfié et sa tête est entourée d’une mare de sang. Du sang est également présent sur le haut de son corps ainsi que sur ses bras. Un médecin urgentiste tente de réanimer la victime, en vain. Le décès est déclaré à 23h07. Plus de cinquante plaies seront relevées sur le corps par les médecins légistes. La thèse criminelle est privilégiée. Des meubles ont manifestement été poussés et du mobilier a été cassé.

Descendu sur les lieux du crime, le laboratoire de la police judiciaire fédérale relève qu’une clef a été cassée dans le barillet extérieur de la porte d’entrée de l’appartement de la victime. De nombreux objets jonchent le sol. Une chaise renversée se trouve dans l’entrée de la cuisine et un tiroir a été enlevé et retourné sur le sol. Un porte-couteau, situé au-dessus de l’évier, présente des traces de sang. Un couteau de cuisine ensanglanté est retrouvé sur le meuble du séjour, à côté de la porte. Le sac à main de la victime est retrouvé, accroché à une poignée de porte. Le portefeuille de Paulette s’y trouve. Celui-ci contient une somme de 70 euros en billets, ainsi qu’une carte de banque et de la monnaie.

L’enquête de voisinage permet aux policiers de remonter vers un suspect, Thomas Lesire, le fils d’une voisine. Le domicile de ce dernier est perquisitionné le 1er juin 2019 à 05h00. Le suspect n’est pas présent sur les lieux mais les enquêteurs retrouvent, dans le tambour d’une machine à laver, un T-shirt, un short, une paire de chaussures et divers autres vêtements, qu’ils saisissent. Ces habits sont examinés par le laboratoire de la police judiciaire au moyen du produit réactif "Bluestar". Il en résulte qu’ils ont été en contact avec du sang.

Thomas Lesire est arrêté alors qu’il sort de l’habitation de sa grand-mère où il a passé la nuit. Il est placé sous mandat d’arrêt le même jour.

Le procès est présidé par Martine Baes, conseillère à la cour d'appel. L’avocat général Gilles Dupuis représente l’accusation. L’accusé est défendu par Me Nabil Khoulalène et Me Romain Bastianelli, tous deux du barreau de Charleroi. L’audience sur le fond débutera ce lundi 3 mai à 09h00. Il est prévu pour une semaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK