Arrêt de travail sur le site de Courcelles de l'entreprise Johnson & Johnson

Des files de camions devant le site de Johnson et Johnson à Courcelles : les envois du centre logistique du géant pharmaceutique américain ont été bloqués ce jeudi. Et pour cause, à 10 heures, des ouvriers et employés du site Johnson & Johnson de Courcelles ont débrayé.

D'après un représentant syndical de la CNE, la cause est le mécontentement suscité par le licenciement jugé abusif de deux employés présents dans l'entreprise depuis dix ans. Le motif invoqué serait le harcèlement "verbal, des faits qui remontent à 5-6 ans et qui ne sont  même pas établi, en tout cas pas selon nous", de source syndicale toujours.

Par contre pour CEVA Logistics, il a bien été mis fin au contrat de deux travailleurs sur l’un des sites belges de son client Johnson & Johnson Medical Devices mais la direction de CEVA Logistics affirme que ces licenciements sont légitimes dans le respect de "toutes les étapes de la concertation sociale avant de procéder au licenciement de ces travailleurs".

Une concertation avec des représentants de la nouvelle direction (arrivée au mois d’août) a bien eu lieu dans le courant de l'après-midi. Mais syndicats et direction se seraient quittés dos à dos. Un cinquième des 380 personnes employées sur le site de Courcelles seraient toujours en arrêt de travail et certains d'entre eux seraient décidés à ne pas reprendre avant la réintégration des employés licenciés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK