Apprendre avec un mur connecté à l'Athénée Royal Robert Campin à Tournai

La séance se termine avec de la relaxation "connectée"
4 images
La séance se termine avec de la relaxation "connectée" - © RTBF

Des couleurs, des chiffres, des lapins, des chiens projetés sur le mur de la salle de gymnastique de la section maternelle de l'Athénée Campin. Nous assistons au cours de psychomotricité de Margo Calcus. Depuis le début de l'année, elle alterne méthodes traditionnelles et tableau interactif géant. Un cours connecté gràce à une technologie venue du Canada et qui commence à séduire chez nous.    

"Le principe est simple" nous explique la jeune psychomotricienne, "chaque enfant a son ballon, il le lance vers des cibles qu'il doit toucher pour marquer des points ou déclencher une explosion d'images par exemple. On joue avec des notions de mathématiques, on fait de l'anglais car il y a une classe en immersion, il y a des jeux, on danse aussi en reproduisant des pas projetés sur le mur et on termine la séance par de la relaxation."    

La directrice de la section maternelle, Muriel Jambe, a été séduite par le concept, "l'école doit proposer des outils numériques car elle doit rester en phase avec ce qui passe dans la société. C'est un investissement de 25 000 euros mais ce tableau interactif géant permet aux petits mais aussi aux plus grands de primaire de jouer, d'apprendre tout en étant actif physiquement. Le mur connecté est mis à jour régulièrement, ce qui permet de varier les applications." Eliot, Jeanne, Tom et leurs copains de maternelle sont vite entrés dans le jeu. "On doit prendre le ballon qui va avec le mur sinon cela ne marche pas. C'est plus cool avec le mur, ce n'est pas un concours même si on peut gagner des points si le ballon touche la cible." 

"Certains enfants sont parfois plus timides que d'autres quand je leur parle" nous déclare encore la prof de psychomotricité mais "face au mur, ils ont tendance à être plus francs, ils osent plus s'exprimer en bougeant notamment et puis il y a quand même une volonté de bien faire, de gagner des points même si on s'aide entre copains."  En Fédération Wallonie Bruxelles, une dizaine d'écoles ont déjà investi dans cette nouvelle technologie.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK