Appel aux bateaux motorisés : des jetskieurs de Froidchapelle au secours d’un camping à Esneux

La solidarité avec les victimes des inondations peut prendre plusieurs formes. Au club de jetski de Froidchapelle, on a rapidement répondu à l’appel lancé jeudi par les communes liégeoises aux véhicules nautiques motorisés. "On s’est manifestés au matin et les pompiers nous ont rappelés l’après-midi. Ils nous ont donné rendez-vous à Liège. Finalement notre mission était d’évacuer un camping situé à Esneux près de l’Ourthe", explique Anthony Beernaut, gérant du club O2R, le Jetski Club des Barrages de l’Eau d’Heure, situé à une centaine de kilomètres de là.

Il s’agissait d’aider des habitants surpris par la montée des eaux, qui avaient choisi de rester sur place, sans penser que la situation allait dégénérer à ce point. Accéder au camping "L’aval de l’Ourthe" n’était pas une mince affaire, ni en voiture, ni en jetski, mais finalement, l’équipe de trois jetskieurs arrive sur place avec ses deux machines. "Les gens étaient contents de pouvoir évacuer. Dans certaines caravanes, l’eau était à hauteur de poitrine, donc ça devenait urgent."

"Vous êtes pompier ?"

Certains étaient surpris de voir les secours arriver sous cette forme. "Les gens nous demandaient si on était pompier. Mais non, on est juste des jetskieurs qui veulent aider. Je me suis retrouvé à faire du jet avec une petite mamy de 80 ans. Je ne vais pas dire qu’elle a apprécié, parce que, avec le vent, la pluie, le courant, elle a plus eu peur qu’autre chose, mais c’était gratifiant d’aider les gens comme ça."

Inondations: l'Ourthe déborde (images du 15/07/2021)

4 images
Froidchapelle-Esneux: © DR
un club de jetski... © DR
solidaire. © DR

Une à une, les victimes ont été ramenées cinq cents mètres plus loin, où elles ont été prises en charge. "On devait remonter la rivière. C’était un peu plus compliqué, car on devait vraiment aller à contre-courant avec des gens qui n’ont aucune expérience sur un jetski. Certains étaient peu vêtus, on a sorti des gens en slip. Au total, on a secouru treize personnes et un chien."

La détresse... et la pollution

Cette opération de sauvage s’est poursuivie toute la soirée en coordination avec la zone de secours de Liège. "Les pompiers aussi étaient contents de nous avoir. Ils ont essayé avec un gros bateau, mais sans trop de succès, ce n’était pas praticable. Le jetski a l’avantage de n’avoir pas besoin de tant de fond d’eau pour fonctionner."

Outre la détresse humaine, ce qui a marqué les jetskieurs de Froidchapelle, c’est la pollution causée par les inondations. "La plupart des gens se chauffent encore au mazout dans ce camping. Des citernes dévalaient la rivière, l’eau était grasse. L’impact de la pollution sera énorme dans cette catastrophe."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK