AMOK: quand la police tire les enseignements de l'actualité…

Illustration.
Illustration. - © Danny Boy.

Nos forces de police ont rapidement tiré les enseignements de la récente tuerie d’Oslo avec la reprise de la formation baptisée AMOK axée sur la rapidité d’intervention. Un critère qui avait été pointé du doigt en Norvège.

L’amok désigne en Malaisie une forme de folie homicide et ce pays est justement à la pointe dans la lutte contre les gangs armés. Chez nous, ce projet s’est construit sur les leçons tirées des événements de Termonde en 2009 quand un forcené avait fait irruption dans une crèche communale armé d’un couteau tuant trois personnes dont deux enfants et en blessant une douzaine d’autres. 

Ce fait divers avait mis en lumière la nécessité de la mise sur pied d’une organisation adaptée à ce genre d’intervention, une nécessité qui n’a fait que grandir avec la recrudescence de faits divers dramatiques au niveau européen. Un groupe de travail multidisciplinaire sur cette problématique a été lancé  avec notamment pour mission la mise sur pied de formations permettant aux policiers sur le terrain de faire face à ce genre de crise.

Silence radio évidemment sur le contenu de ces formations mais Thomas Rorive s’est quand même rendu au sein de la zone de la police de la zone Mons-Quévy pour recueillir auprès des responsables la philosophie de ce projet AMOK. Écoutez ci-contre le moniteur de tir et le chef de corps de la zone.

Vincent Clérin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK