Alphabétisation : l'ASBL Lire et Ecrire sensibilise à nouveau sur les illettrés et les oubliés du numérique

Ingrid Bertrand, Chargée de projets de sensibilisation pour l'asbl Lire et Ecrire
Ingrid Bertrand, Chargée de projets de sensibilisation pour l'asbl Lire et Ecrire - © RTBF - De Norre Florine

Comme chaque année, ce 8 septembre signe la journée internationale de l’alphabétisation. Pourtant, il existe encore plus de 10% de la population belge qui ne sait ni lire, ni écrire. L’asbl Lire et Ecrire lance une nouvelle campagne de sensibilisation. Cette fois-ci, elle est axée sur les "oubliés du numérique".

L’illettrisme touche plus d’une personne sur dix en Belgique. Ingrid Bertrand, chargée de projets de sensibilisation à l’asbl Lire et Ecrire de la région de Charleroi, affirme que ce pourcentage est aujourd’hui plus élevé que cela. "On se base sur les chiffres français. On sait que c’est assez similaire à notre pays. Mais malheureusement, on n’a pas connaissance du nombre exact. L’analphabétisme est un phénomène invisible. Les personnes qui ont des difficultés avec la lecture ne le crient généralement pas sur tous les toits. Les 10% se basent sur les personnes que l’on connaît et qui viennent suivre des formations chez nous, mais il y en a bien d’autres."

La crise augmente l’analphabétisation

Avec leur nouvelle campagne de sensibilisation, l’asbl Lire et Ecrire cible l’impact du numérique pour les personnes illettrées. La crise sanitaire a fait exploser l’utilisation de la technologie. Prendre rendez-vous chez le médecin, acheter son titre de transport, demander un papier à la commune… tout se fait désormais en ligne. Pour les personnes qui ne savent ni lire ni écrire, c’est une difficulté supplémentaire. " On parle d’une fracture numérique, mais là, c’est quasi la faille de San Andreas pour moi. C’est déjà compliqué quand on ne sait ni lire ou écrire et qu’on doit demander à la personne derrière le guichet de nous aider à remplir un formulaire ou le faire à notre place… mais quand on se retrouve seul face à un ordinateur ou un smartphone, pour peu qu’on en ait un, c’est impossible !", développe Ingrid Bertrand. "Depuis la crise sanitaire, tout se fait en ligne. Et ces personnes-là, se retrouvent coupées du monde."

Les "oubliés du numérique" sont les personnes qui ont des difficultés avec la lecture, mais aussi toutes ces personnes qui n’ont pas accès à la technologie et à internet. "Chez nous, la téléphonie mobile est relativement chère par rapport à d’autres pays. Une des revendications, à travers cette campagne, c’est que l’on devrait pouvoir donner l’accès aux personnes marginalisées à des abonnements téléphoniques ou internet à des tarifs sociaux."

Lire et Ecrire est un mouvement d’éducation permanente qui vise à alphabétiser les adultes. Ils proposent des cours pour (ré) apprendre à lire, écrire, calculer et comprendre.
Plus d’information sur le site de Lire et Ecrire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK