Alain Finet (UMons): "1€ investi dans Mons 2015 en a rapporté 6"

Le professeur Finet de l'UMons a présenté à côté du bourgmestre Elio Di Rupo les résultats de son étude sur les retombées économiques de Mons 2015.
2 images
Le professeur Finet de l'UMons a présenté à côté du bourgmestre Elio Di Rupo les résultats de son étude sur les retombées économiques de Mons 2015. - © Stéphanie Vandreck

Le bourgmestre de Mons Elio Di Rupo (PS) a présenté ce lundi avec les membres du Collège Communal de la ville les résultats de l’une des deux études commandées pour analyser l’impact économique de Mons 2015. La seconde étude, commandée par la Fondation Mons 2015, sera présentée ultérieurement.

Cette première étude a été réalisée sous la direction du professeur Alain Finet, professeur à l’UMons (en Management financier et gouvernance d’entreprise qui fait partie de l’Institut de recherche, l’Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations)

Créer l’outil d’analyse

Le professeur s’est d’abord attelé à créer un outil d’analyse qui colle au mieux à la réalité à objectiver. Pour ce faire, le professeur Finet a pris en considération les années qui ont précédé 2015, il commence la prise en compte des éléments par l’obtention du titre de Capitale Culturelle. Pour lui l’élément Culturel va cristalliser autour de lui l’ensemble de la structure économique territoriale et celle-ci va également recueillir les fruits de l’événement, un événement qui se focalise sur les villes de taille moyenne.

Le professeur Finet a également construit son étude sur les fondements de la cité du Doudou, une ville industrielle et minière à l’image écornée dont les institutions souhaitent utiliser les atouts culturels et historiques et son patrimoine tout en misant sur les nouvelles technologies (l’informatique du Parc Initialis).

La prise en compte de l’avant et l’après 2015

Il fallait après inscrire l’analyse sur la ligne du temps: la période de préparation en amont (2007-2014), la période de l’événement proprement dit (2015), la période en aval durant laquelle le redressement économique attendu devrait être consolidé par le levier culturel et créatif.

Une fois ce décor dressé, le Professeur Finet prend en compte les fonds structurels de la programmation Feder pour l’aménagement urbanistique 63 366 773,87€ ainsi que le dégagement de valeur par les entreprises des secteurs culturels et créatifs ainsi que numérique.

Comparer avec d’autres villes

Pour avoir un élément de comparaison, il s’intéresse donc également à la progression vécue par La Louvière et Ath au cours des années antérieures à 2015.

Au vu de l’ensemble de ces critères et après avoir pris en compte des différents éléments objectifs chiffrés (dépenses fournisseurs 2010-2015, dépenses de séjour, masse salariale brute de la fondation et part non publique du budget), le professeur Finet établit un effet d’entraînement qu’il situe dans une fourchette de 5,6 à 6,3 euros, des chiffres étalés sur une période de dix ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK