Agressions sexuelles à Quevaucamps: l'auteur court toujours

Agressions sexuelles à Quevaucamps : l'auteur court toujours.
Agressions sexuelles à Quevaucamps : l'auteur court toujours. - © Tous droits réservés

Le climat d'anxiété est à son paroxysme dans la petite commune du Hainaut Occidental suite à une troisième tentative d'agression survenue ce week-end . Le parquet de Tournai a fait de ce dossier une priorité même si l'individu masqué à l'origine de ces agressions n'a toujours pas été identifié.

3 agressions ou tentatives d'agressions en une semaine !

Lundi, Mercredi et enfin ... Samedi ! La cadence des agressions fait froid dans le dos au cours de la semaine écoulée. Dernière victime en date : une mère de famille de 29 ans qui serait parvenue à échapper de justesse à un traquenard tendu par un homme masqué dans une rue perpendiculaire au petit cimetière de l'entité. Pour rappel une tentative de viol avait été commise à proximité du même cimetière il y a une semaine jour pour jour mais la victime avait pu s'extraire de l'emprise de son agresseur. Une autre jeune femme de 26 ans avait eu moins de chance deux jours plus tard en subissant un viol dans le quartier tout proche de la gare de Blaton.

Du jamais vu à Quevaucamps.

Le frère d'une des victimes rencontré ce midi dans la commune parle d'une ambiance sans précédent dans la commune : " Ma soeur n'ose plus quitter la maison après 17h. Tout le monde s'observe et plus aucun enfant n'est visible dans les rues l'après-midi. Je n'ai jamais vu ça depuis que j'habite dans la commune ". Même son de cloche chez ce chauffeur de bus en service à proximité de la gare de Blaton qui souhaite garder l'anonymat : " Le soir plus aucune femme ne vient prendre le bus seule, il y a vraiment une psychose dans toute l'entité c'est une grande première !. J'espère que l'auteur sera rapidement identifié "

Pour le parquet de Tournai l'hypothèse d'un seul et même auteur est la plus crédible " Le modus operandi, les lieux et la présence d'un masque rendent très peu probables l'implication de plusieurs personnes dans ces agressions. Le problème tient dans le fait que certains récits relatifs à la physionomie de l'individu et à l'aspect du masque porté divergent et compliquent dès lors notre tâche " nous confiat ce matin Frédéric Bariseau, Subsitut du Procureur du Roi de Mons pour la Division de Tournai.

Les responsables de la Police locale n'ont pas souhaité réagir à nos questions pour ne pas "alimenter la psychose" mais assurent que tous les dispositifs nécessaires ont été mis en place pour neutraliser au plus vite l'individu.

 

Thomas Rorive.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK