Aéroport de Charleroi: une clinique de jour pour oublier la peur de l'avion

Simulation d'une situation en cabine lors d'un vol
2 images
Simulation d'une situation en cabine lors d'un vol - © ISPPC-BSCA

BSCA, Brussels South Charleroi Airport, l'aéroport de Charleroi et l'ISPPC, l'Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi, viennent de s'associer pour lancer une clinique insolite destinée à lutter contre l'avionophobie. Le programme permettrait à 80% des voyageurs qui ont très peur de l'avion de pouvoir progressivement voyager sans problèmes.

Grâce à un système pour lequel vous devez chausser des lunettes spéciales, vous voyagez dans un monde virtuel qui reproduit exactement tout ce qui se passe dans la cabine d'un avion en vol. C'est l'une des techniques utilisées par les psychologues qui ont lancé cette nouvelle clinique de jour carrément  située dans l'ancien aérogare de l'aéroport.

Trois jours pour se "soigner"

Comme l’explique Noël Schepers, psychologue, le processus dure trois jours : " Dans les statistiques internationales, on considère que dans la population générale, il y a entre 20 et 30% des gens qui ont une crainte de prendre l’avion. Le programme consiste d’abord en une consultation psychologique classique, l’accueil à l’aéroport, l’explication d’un avion et sa construction ainsi que sa sécurité. Et, l’après-midi du deuxième jour, c’est la préparation au vol réel en allant dans l’aérogare prendre l’ambiance de la file d’attente pour appréhender les bruits et les odeurs par exemple. Le troisième jour, c’est le vol réel de préférence sur une demi-journée : vol le matin et retour sur le temps de midi pour avoir l’occasion de faire deux décollages et deux atterrissages. Enfin, on utilise un simulateur et la réalité virtuelle qui permet à la personne de se sentir presque comme dans un avion tout en y étant pas mais en ayant un déclenchement de réaction émotionnelle liée au fait d’être dans un endroit qu’elle redoute par ailleurs. ".

Dans l'ancien terminal

Pour les responsables de l'aéroport de Charleroi, un tel centre dans ses propres murs est une aubaine. Car de nombreux passagers souffrent de  stress et pourront, désormais, facilement écarter le problème avec l'apport de professionnels.

Jean Jacques Cloquet, le directeur du BSCA, est plutôt satisfait : " Le programme est développé par des personnes très spécialisées dans le domaine de la phobie. Depuis deux ans, ils travaillent sur la phobie de l’avion et, aujourd’hui, il y aura une clinique de jour dans notre ancien terminal qui est en plein développement. Et, pendant trois jours, le troisième jour étant prévu pour un vol réel, il y aura cet apprentissage pour vaincre cette phobie de l’avion. "

Ces programmes de traitement ont un coût estimé à 500 euros, vols aller et retour compris. Le prix à payer pour certains afin de prendre enfin l’avion d’une manière sereine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK