Acoz : Marinette et son compagnon au chevet de l'accordéon diatonique

Marinette Bonnert et son compagnon dans leur atelier de réparation d'accordéons
Marinette Bonnert et son compagnon dans leur atelier de réparation d'accordéons - © rtbf.be - Luciano Arcangeli

Elle s’appelle Marinette Bonnert et c’est une musicienne accomplie. Elle pratique un instrument ancien et rare : l’accordéon diatonique. Une passion qui l’a emmenée aujourd’hui vers un autre métier puisqu’elle enseigne son instrument. Mais surtout le répare dans un atelier unique en Belgique qu’elle gère avec son compagnon à Acoz (Gerpinnes), près de Charleroi. A Acoz... rdéon... ça ne s'invente pas !

Marinette explique sa passion : "Moi très vite j’ai appris la musique traditionnelle belge, même wallonne, qui est encore moins connue que tout le reste. Et, du coup, ce n’était pas toujours facile devant mes compagnons de classe de dire que je faisais de la musique traditionnelle. Et, en fait, ça a été une révélation pour moi. Et c’est là-dedans que j’ai fait ma vie vraiment. Ce qu’on fait ici exactement, c’est qu’on vend des accordéons. Mais, à l’heure actuelle, on fait surtout des réparations. L’accordéon, ça s’use. C’est mécanique. Au niveau de la sonorité, il y a des anches à l’intérieur de l’accordéon que l’on peut réaccorder. C’est-à-dire remettre une harmonie au sein de l’accordéon parce que parfois toutes les notes peuvent avoir un peu des sonorités différentes et quand on l’accorde on fait une harmonie avec toutes les notes. Par contre, au niveau de la mécanique vraiment, un accordéon a une vie : dix ans, quinze ans, 20 ans, 30 ans mais la mécanique est moins bonne et on ne pourra jamais faire d’un vieil accordéon un nouvel accordéon. En fait, parfois c’est gai de s’en acheter un nouveau."
 

Pour en savoir plus sur l’atelier de Marinette Bonnert, un site web peut vous aider.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK