Accident mortel sur un chantier à Hyon: le procès se poursuit

Poursuite du procès pour tenter de déterminer les responsabilités dans le drame qui s’est produit le 28 avril 2011 sur le chantier de construction de l’immeuble à appartements "les chaufours" à Hyon. Ce jour-là, deux jeunes Cédric Maton, 30 ans, de Colfontaine et son jeune collègue, Julien Père, 20 ans, de Jurbise, sont les derniers sur le chantier occupés dans une tranchée et, en surface, seul reste le grutier. Les conditions météorologiques sont épouvantables, il pleut à verse, et ils sont sur le point de rentrer au dépôt. Quand le grutier n’aperçoit plus les deux hommes, il est trop tard, les deux jeunes ont été ensevelis.

Plusieurs prévenus dans ce procès pour homicide par défaut de prévoyance, d’abord l’employeur des deux victimes, l’entreprise Gobert, mais aussi le maître d’œuvre, l’architecte, le coordinateur sécurité ainsi que leurs compagnies d’assurances respectives. Les avocats des prévenus ont déposé hier leurs conclusions devant la juge.

La procédure est longue non seulement en raison de la multiplicité des prévenus mais également en raison de la complexité du dossier " il faut que chacun puisse se défendre, explique Maître Fabrice Guttadauria qui défend les intérêts de l’entreprise Gobert, donc il n’y a rien d’anormal dans le déroulement de la procédure jusqu’ici. L’homicide involontaire n’est pas la seule prévention qui est visée à l’égard des prévenus, il y a également toutes les autres infractions dans le cadre du règlement pour le bien-être au travail et les normes de sécurité qui devaient être respectées. Il y a tout un débat parallèle à la problématique de l’homicide involontaire qui doit se tenir également, donc chacun doit pouvoir s’exprimer et défendre ses intérêts".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK