Abdelah Mostefa condamné à sept ans de prison pour son évasion de Jamioulx

L'entrée de la prison de Jamioulx
L'entrée de la prison de Jamioulx - © Belga - Virginie Lefour

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mercredi Abdelah Mostefa à sept ans de prison ferme. Condamné à 30 ans à la suite du meurtre d'un boulanger de Jamioulx, il s'était évadé avec deux autres détenus en prenant des agents pénitentiaires en otages. Dix prévenus, qui ont aidé les fugitifs durant leur cavale, écopent de peines diverses, allant de la suspension du prononcé à 18 mois de prison.

Le 31 juillet 2011, Julien Cazzetta, Jonathan Inja et Abdelah Mostefa se sont évadés de la prison de Jamioulx en prenant deux agents pénitentiaires en otage. Munis de couteaux et de bidons d'essence et de white spirit, ils avaient aspergé l'une des victimes et menacé de l'immoler pour se faire ouvrir les portes du centre de détention par ses collègues. Ils s'étaient ensuite emparés des clés du véhicule de l'un des gardiens et avaient pris la fuite dans des directions différentes.

Jonathan Inja, qui avait maintenu une otage avec lui jusqu'en France, a été repris 15 jours plus tard. Déjà condamné à 15 ans de prison pour tentative d'assassinat sur son ex-compagne, il a écopé de 10 années supplémentaires pour la prise d'otages à la prison de Jamioulx.

Julien Cazzetta, lui, était en détention préventive pour un crime dans une maison close de Gosselies (Charleroi). Il a écopé depuis de 30 ans de réclusion pour l'ensemble des méfaits.

Quant à Abdelah Mostefa, qui purgeait déjà une peine de 30 ans de prison pour le meurtre du boulanger de Jamioulx, il n'a été repris qu'après trois ans de cavale. Dix autres prévenus étaient poursuivis à ses côtés pour recel de fugitifs et association de malfaiteurs. Certains d'entre eux répondaient également du vol d'un véhicule ayant servi aux évadés.

A l'audience, le parquet a retracé le déroulement de la prise d'otages, préparée un mois à l'avance par les détenus qui avaient des contacts avec l'extérieur et qui ont ciblé une gardienne mère de famille. Mostefa aurait toutefois été le moins violent envers les victimes.

Réfugié en Algérie, il est revenu en Belgique en 2014 pour revoir son fils. Par deux fois, il a échappé aux forces spéciales qui le pistaient, grâce à l'aide de plusieurs complices aujourd'hui poursuivis.

Ce mercredi, le tribunal a condamné Abdelah Mostefa à sept ans de prison ferme. Les dix autres prévenus écopent de peines allant de la suspension du prononcé à 18 mois de prison avec sursis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK