À Hyon et à Frameries, des écoliers se lancent dans l'élevage de truites

Aqua’school, c’est le nom de ce projet proposé par le Contrat Rivière du sous-bassin hydrographique de la Haine. Le principe est original : confier à des élèves de 5e et 6e années primaires l’élevage de truites destinées à être relâchées dans un cours d’eau. A l’école primaire d’Hyon et à l’école Sainte-Waudru de Frameries, deux classes ont vu débarquer en décembre un grand aquarium, recouvert d’un caisson en frigolite. Et ce mardi 5 janvier, les occupants sont arrivés : des œufs de truite fario, une espèce autrefois très commune dans nos cours d’eau.

4 images
Les œufs de truites fario, une espèce indigène devenue rare dans nos cours d'eau. © RTBF

On comprend bien l’intérêt pour le Contrat rivière de réintroduire des espèces indigènes dans un milieu qui leur convient, mais pourquoi en confier l’élevage à des enfants. Ugolin Martin, coordinateur adjoint du Contrat de rivière de la Haine s'en explique : "nous aurions pu installer les aquariums dans nos bureaux et élever les truites nous-même, en termes de logistique ça aurait été plus simple mais nous avons aussi une mission de sensibilisation et c’est pour ça qu’on a voulu faire ça avec deux classes, à Hyon et à Frameries".

4 images
Agrandissement d'un œuf de truite observé au binoculaire © RTBF

L’intérêt pédagogique de cette expérience, Virginie Lestrade, institutrice de 5e primaire à l’école communale d’Hyon en est convaincue : "on peut faire de la géographie, des sciences bien sûr mais aussi du français, des maths… Par exemple on peut faire des fractions, du calcul du volume du bassin, on peut faire plein de choses". Les élèves ont reçu un dossier pédagogique à remplir et plusieurs animations sont prévues avec l’équipe du Contrat Rivière Haine.

4 images
Les enfants écoutent attentivement les consignes, dès demain, c'est eux qui devront s'occuper des futures truites © RTBF

Les enfants, eux, ne cachent pas leur enthousiasme. Ils écoutent avec attention les explications sur le cycle de vie du poisson, sur les particularités des truites, sur les tâches qu’ils devront accomplir avant de pouvoir aller relâche les truites à la mi-mars dans la Grande Honnelle, à Roisin, un cours d’eau bien oxygéné qui présente les caractéristiques favorables au développement de ces truites fario. Les enfants savent que les 200 œufs déposés dans leur aquarium ne deviendront pas tous des poissons, ils peuvent espérer en voir survivre quelques dizaines. 

L’expérience n’est pas seulement scientifique, elle a un volet multimédia. Tout au long du projet, les enfants sont invités à filmer et photographier l’évolution des poissons. En juin, riches de leur expérience de pisciculteurs en herbe, ils réaliseront au Pass à Frameries, un journal télévisé dans lequel ils raconteront tout ce qu’ils ont découvert.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK