À 18 ans, le Montois Mathis André est à la tête d'une start-up

L’équipe de Faqbot avec, au centre, Mathis, tout jeune entrepreneur en informatique qui a lancé sa propre entreprise
2 images
L’équipe de Faqbot avec, au centre, Mathis, tout jeune entrepreneur en informatique qui a lancé sa propre entreprise - © Denis Vanderbrugge - RTBF

Il n’a que 18 ans et pourtant il est déjà à la tête de sa start-up. Mathis André a un parcours pour le moins atypique. Le jeune Montois a décroché très tôt du système scolaire pour se lancer dans le domaine de l’informatique. Depuis qu’il a 15 ans, il travaille sur ce qu’on appelle les chatbot, des logiciels capables de répondre automatiquement aux questions des internautes. Une technologie de plus en plus utilisée par les services clientèles des entreprises. "Ces bot permettent de répondre à des questions simples que se posent les clients d’une entreprise, détaille Mathis André. Ça permet à l’internaute d’avoir une réponse rapide à une question simple sans devoir la chercher dans tous les recoins du site internet. Ça fait aussi gagner du temps au service clientèle de l’entreprise qui ne devra pas répondre à un mail ou un coup de fil du client."

Après avoir travaillé seul quelques années dans le domaine, Mathis André a décidé de lancer son entreprise Faqbot début 2017 alors qu’il était encore mineur. Pour lui, il n’y a pas d’âge pour entreprendre : "Je connais des jeunes de 14 ans qui se lancent, glisse-t-il. L’important est de faire ce qu’on a envie de faire. Et je fais ce que j’ai envie de faire."

Il conçoit cependant qu’entreprendre en étant mineur n’a rien de simple: "J’ai dû commencer sous le numéro d’entreprise de mon père. Pour pouvoir travailler sous mon nom, j’ai dû passer par toute une série de démarches administratives. Ça a pris 6 mois."

Au quotidien, le jeune entrepreneur côtoie plus expérimenté que lui. Denny, son associé, est beaucoup plus âgé. Mais il le considère comme son égal. "Le business, c’est le business, dit-il. Qu’importe l’âge quand on a les bonnes idées et les compétences."

L’étonnement que suscite son âge amuse Mathis André. Le jeune homme a décidé d’en faire un atout. "Ça attire l’attention sur l’entreprise. Et c’est finalement une bonne chose". La start-up Faqbot vient d’ailleurs de recevoir un financement de 340.000 euros. De l’argent qui va lui permettre de se développer et d’engager du personnel. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK