Gravement brûlé à Ghislenghien, il devient député: "Pour certains, c'est le Graal, pour moi, le Graal c'est d'être en vie"

Un peu moins de 15 ans après la catastrophe de Ghislenghien, Stéphane Delfosse devient député wallon ce lundi. L’ex-policier athois, grièvement brûlé lors de l’explosion de la conduite de gaz le 30 juillet 2004, s’engage pour un court mandat de 6 mois sur les bancs du MR.

Stéphane Delfosse supplée le ministre Jean-Luc Crucke. S’il prête serment, c’est grâce au décret décumul : Philippe Bracaval et Laurence Feron (respectivement 1er et 2e suppléants) ont en effet opté pour un mandat d'échevin dans leur commune. "Après les élections de 2014, je n’imaginais pas un seul instant me retrouver au Parlement wallon", glisse celui qui occupait la dernière place des suppléants sur la liste MR. 

L’homme relativise cependant son départ à Namur. "Pour certains, devenir député c’est le Graal. Pour moi, c’est juste une heureuse surprise. Le Graal, c’est plutôt d’être encore en vie. J’ai vécu des moments douloureux qui me permettent d’envisager ce mandat avec beaucoup de sérénité."

Stéphane Delfosse avait déjà goûté à la politique dans le passé. Élu conseiller communal à Ath en 2012, il avait toutefois dû renoncer pour raisons de santé. "Cette fois, j’étais dans les conditions pour m’engager. Je vais voir si j’arrive à assumer ce court mandat. Serai-je candidat en mai prochain ? Je ne vous réponds pas pour l’instant mais je ne ferme pas la porte. Car il n’y a qu’une chose à laquelle je ferme la porte, c’est la mort."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK