Les riverains recueillent 1700 réclamations contre la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem

Au nom d’un comité d’action, des habitants et des bénévoles ont recueilli un total de 1700 réclamations contre le projet de centrale au gaz à Rotem (Dilsen-Stokkem) dans le Limbourg. Un de ses membres, Jackie Janssen, les transmettra au conseil communal vendredi.

"Les habitants expriment une fois de plus qu’il n’y a pas de place pour une centrale au gaz à Dilsen-Stokkem", explique-t-il. Le conglomérat allemand RWE a déposé une demande de permis pour la construction d’une centrale à Rotem mais le collège des bourgmestres et échevins a émis un avis négatif le 30 juillet dernier.


►►► A lire aussi : Engie Electrabel va en appel contre le rejet du permis d’une centrale à gaz à Vilvorde


Le projet "Dils Energie" prévoit la construction d’une centrale électrique au gaz de 920 mégawatts dans la zone industrielle de Rotem, le long du Zuid-Willemsvaart.

Avec 495.072 mètres cubes de volume, cette centrale sera six fois plus massive que la plus grande entreprise de la zone industrielle, dénonce entre autres le comité d’action.

"Ce n’est pas adapté au paysage", ajoute Jackie Janssen. "La centrale aurait une chaufferie de 55 mètres et une cheminée de 75 mètres de haut, alors que la hauteur maximale autorisée est de 15 mètres. Elle serait visible depuis Terhills et donc défigurerait également le Parc national des Hoge Kempen."

L’azote émis chaque année serait équivalent à une étable avec au mieux 2975 vaches et au pire 8916. Expliquez ça aux agriculteurs locaux

Il précise encore que l’usine émettra 60 fois plus de CO2 que toutes les entreprises de Dilsen-Stokkem réunies. "L’azote émis chaque année serait équivalent à une étable avec au mieux 2975 vaches et au pire 8916. Expliquez ça aux agriculteurs locaux."

Selon la ville de Dilsen-Stokkem, il existe d’autres grands sites industriels plus adaptés et situés en périphérie pour implanter de nouvelles centrales au gaz.

Ces infrastructures sont nécessaires pour assurer l’alimentation électrique si les centrales nucléaires devaient fermer en 2025.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK