Coxyde: Theo Francken ne juge pas sage d'interdire la piscine aux réfugiés

Le bourgmestre de Coxyde Marc Vanden Bussche (Open VLD) se fait à nouveau remarquer dans le dossier de l'accueil des réfugiés. Il veut interdire l'accès de la piscine communale aux candidats réfugiés.

Marc Vanden Bussche n'a jamais caché que les demandeurs d'asile n'étaient pas les bienvenus chez lui. Avec son homologue, elle aussi Open VLD, de la commune voisine de Middelkerke, ils avaient tout tenté pour éviter de devoir en accueillir.

Marc Vanden Bussche avait par exemple déjà annoncé, qu'avec sa police il mettrait les candidats réfugiés sous étroite surveillance. Que des perquisitions pourraient avoir lieu quotidiennement, que les activités des occupants de la base militaire où ils sont hébergés devaient être consignée dans un carnet, etc. Il avait surtout obtenu que le nombre de place d'accueil soit réduit de 700 à 500.

Ce dimanche, s'appuyant sur deux incidents survenus récemment à la piscine communale, il veut en interdire l'accès aux demandeurs d'asile. Une façon aussi de surfer sur les incidents à caractère sexuel qui avaient émaillé la nuit de nouvel an à Cologne.

Débat ce lundi

Politiquement, à l'automne dernier, les déclarations de Marc Vanden Bussche avaient créé un malaise d'abord au sein de son parti. La présidente des libéraux flamands avait rencontré le bourgmestre de Coxyde pour calmer le jeu. Malaise aussi au sein du gouvernement fédéral, où les ministres N-VA Jan Jambon et Theo Francken essayaient, tant bien que mal, d'imposer leur plan de répartition.

Le débat sur cette éventuelle interdiction, pour les réfugiés adultes, de fréquenter la piscine communale de Coxyde, sera finalement mené lundi lors de la réunion du collège, a encore précisé le bourgmestre de la localité côtière. Il s'agira, dit-il, de peser "le pour et le contre et en gardant à l'œil les possibilités juridiques".

Pas sage d'interdire l'accès à la piscine, juge Theo Francken

Du côté de Fedasil, on indique examiner en interne s'il convient de prendre des mesures. "D'après nos informations, il ne s'agit pas d'un incident sérieux et nous ne voulons dès lors pas tirer de conclusions hâtives. Nous rappellerons une nouvelle fois au centre d'accueil le comportement à adopter, avec éventuellement une attention particulière sur l'attitude à avoir dans une piscine", a expliqué la porte-parole de Fedasil, Mieke Candaele.

Le secrétaire d'État à la Migration et à l'Asile Theo Francken (N-VA) a pour sa part estimé qu'il n'était pas sage d'interdire l'accès à la piscine de Coxyde aux demandeurs d'asile. "En tant que bourgmestre, je gérerais cela autrement. Il y a beaucoup d'enfants parmi les demandeurs d'asile qui aimeraient aller à la piscine", a-t-il indiqué.

Le secrétaire d'État à la Mer du Nord, le libéral flamand Bart Tommelein, s'est quant à lui montré plus compréhensif : "Je peux comprendre qu'une mesure préventive provisoire puisse être la plus efficace et la plus rapide des solutions pour garantir la sécurité des habitants de Coxyde. (...) Je pense qu'au niveau local, les gens sont les mieux placés pour évaluer la situation. Le bourgmestre fera sa proposition lundi devant le collège des bourgmestre et échevins où siègent des représentants de la N-VA. C'est à eux de prendre une décision".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK