La Flandre approuve l'exportation de matériel militaire vers la Syrie

La licence porte sur un montant de 34 000 euros et le matériel est destiné à l'"industrie", mais il est spécifié qu'il s'agit de matériel militaire.
La licence porte sur un montant de 34 000 euros et le matériel est destiné à l'"industrie", mais il est spécifié qu'il s'agit de matériel militaire. - © FILIP DE SMET - BELGA

Le gouvernement flamand a octroyé une licence d'exportation de véhicules militaires et de pièces détachées de véhicules vers la Syrie au cours de l'été, ressort-il d'un rapport du service de contrôle des marchandises stratégiques de l'administration flamande.

La licence porte sur un montant de 34 000 euros et le matériel est destiné à l'"industrie", mais il est spécifié qu'il s'agit de matériel militaire.

Le Vlaams Vredeinstituut (Institut flamand pour la paix) juge la licence pour le moins particulière.

"Ici, la destination est l'industrie"

"L'embargo européen sur les armes à destination de la Syrie a été assoupli, mais des règles subsistent pour la livraison de fournitures qui peuvent servir à la répression interne. Nous ne savons pas pour le moment si cette licence est conforme à ces règles", a expliqué un chercheur de l'Institut, Nils Duquet.

Lorsque, en 2013, l'embargo européen sur les armes à destination de la Syrie a été assoupli, le ministre-président de l'époque, Kris Peeters, avait décidé de maintenir les interdictions. Mais cette politique du "on hold" ne visait que les fournitures militaires destinées aux autorités.

"Ici, la destination est l'industrie. La règle 'on hold' ne semble donc pas violée. Mais nous ne savons évidemment pas si les fournitures ne sont pas revendues", a ajouté Nils Duquet.

Des pelleteuses d'occasion

Le cabinet de Geert Bourgeois se défend. Selon les informations du Ministre-Président flamand, l'autorisation d'exportation délivrée concerne deux pelleteuses d'occasion à destination d'une entreprise de production de chaux pour la construction.

Ces pelleteuses rentrent dans la catégorie du matériel militaire parce qu'elles sont équipées de phares de couvre-feu, se justifie le cabinet de Geert Bourgeois. Ces phares sont utilisés en tant de guerre pour ne pas être repérés depuis le ciel.

Suite aux précisions apportées par le cabinet de Geert Bourgeois, l'institut flamand pour la paix se dit rassuré "qu'il ne s'agisse pas de tanks". Mais le problème du respect de l'embargo demeure selon Nils Duquet. Cette exportation va en tout cas à l'encontre d'une résolution du parlement flamand qui vise à interdire l'exportation de tout matériel militaire vers la Syrie.

Cette résolution ne fait effectivement pas de distinction entre les destinataires des exportations. "La résolution du parlement flamand concerne aussi bien le régime syrien que les entreprises privées", précise Nils Duquet.    

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK