En Flandre, une étude objectivera le coût des études pour les parents

La ministre flamande de l'Enseignement Hilde Crevits
La ministre flamande de l'Enseignement Hilde Crevits - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La ministre flamande de l'Enseignement, Hilde Crevits, a annoncé vendredi le lancement d'une étude afin de déterminer le coût réel des études, alors que l'enseignement est censé être constitutionnellement gratuit.

La Ligue des familles (francophone) a calculé qu'une année scolaire coûte en moyenne 1.225 euros dans l'enseignement primaire et plus de 1500 euros dans l'enseignement secondaire, dans une étude présentée mercredi.

Du côté flamand, le Gezinsbond (l'équivalent de la Ligue) et Test-Aankoop (Test-Achats) sont arrivés au montant de 308 euros dans l'enseignement maternel, 400 euros dans le primaire et 1.287 euros dans le secondaire. Les deux associations ont rappelé leur souhait d'un enseignement réellement gratuit.

"Pas réaliste"

Hilde Crevits (CD&V) a affirmé vendredi que l'option de la gratuité totale ne lui semblait actuellement pas réaliste. Mais elle a annoncé dans un communiqué le lancement d'une étude à mener par des scientifiques afin de déterminer le coût réel des études.

Elle a rappelé que la Flandre consacrait chaque année onze milliards d'euros à l'enseignement, dont 3,6 pour le primaire, ce qui représente en 2016 près de 5000 euros par élève.

Selon Hilde Crevits, le gouvernement a apporté une "touche sociale" à ses décisions en matière d'enseignement, notamment en n'augmentant pas le minerval pour les étudiants boursiers du supérieur.

De son côté, le sp.a, dans l'opposition, a dénoncé les économies imposées à l'enseignement par l'équipe du ministre-président Geert Bourgeois (N-VA).

"Les factures pour les parents atteignent un niveau inédit et les enseignants doivent acheter du matériel scolaire en y allant de leur poche", ont affirmé les députés flamands Caroline Gennez et Steve Vandenberghe.

"Ce gouvernement joue avec l'avenir de nos enfants", ont ajouté les deux députés socialistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK