Eghezee: la foire agricole battra son plein ce weekend

Plus de 200 têtes de bétail à nourrir
2 images
Plus de 200 têtes de bétail à nourrir - © Sonia Boulanger.

A Cortil Wodon, Martin, 22 ans ira peut-être s’il en trouve le temps. Avec 66 hectares de culture et plus de 200 têtes de bétail, il y a parfois d’autres préoccupations.

Il a 22 ans, tout juste diplômé comme ouvrier qualifié agricole et sa gestion en poche, Martin Nandrain a décidé de reprendre la ferme familiale. Depuis trois générations la ferme fait vivre la famille, il a décidé de relever le défi. "Je sais que cela ne sera pas facile, mais je ne me vois pas abandonner avant de commencer, nous confie-t-il le sourire aux lèvres. C’est ma passion, les bêtes surtout le blanc Bleu Belge et je ne me vois pas faire autre chose."

En fait, il nous confiera un peu plus tard qu’il ne peut pas faire autrement moralement parlant. "Depuis que je suis petit j’ai connu ce milieu, la ferme c’est mon arrière-grand-père qui l’a montée et depuis, elle guide notre vie. Ce serait une honte pour moi de ne pas reprendre le flambeau."

Sa vie se passe au milieu des champs, sur les tracteurs, avec les bêtes et toujours, sa fidèle chienne Tia. "On fait une équipe elle et moi, elle me suit presque partout et veille au troupeau, elle est aussi passionnée que moi et je me sens moins seul ".

Et lorsque je l’interroge sur ses plans d’avenir personnel, il ne se voit pas avoir une vie de famille maintenant. " La ferme demande trop de temps, je ne sors quasiment jamais d’ici, c’est une occupation de tout moment et je n’ai pas de temps à consacrer à une famille. Et puis, encore faut il trouver celle qui acceptera d’avoir un homme toujours parti dans les champs, les bêtes… "

A 22 ans, Martin saura-t-il faire face à la crise qui s’est installée depuis quelques années déjà dans le monde agricole ? Il n’en sait encore rien, il se dit juste prêt et volontaire pour vivre de sa passion. Au point d’accepter de prendre un autre travail dans une autre ferme pour nouer les deux bouts. "Alors, vous voyez, oui la foire on ira peut-être, tout dépendra de la météo, des vêlages et de ce qui sera en route. La ferme elle n’attend pas. "

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK