Collision navale: les pompiers toujours sur le pied de guerre au Zwin

Collision navale: des oiseaux mazoutés, risques de pollution au Zwin
2 images
Collision navale: des oiseaux mazoutés, risques de pollution au Zwin - © Tous droits réservés

Rien de neuf ce jeudi: la situation sur les plages du Zwin est stationnaire, les tâches à la surface repérées mercredi n'ont pas atteint la côte. Les pompiers restent cependant sr place, et attendent toute modification.

Mercredi, l'alerte à la pollution par des tâches d'hydrocarbures n'était finalement pas fondée. Mais le risque demeure. Des taches avaient bien été repérées sur une plage du Zwin, mais ce n'est pas du mazout. Il s'agit de micro-plantes qui forment à la surface de l'eau une petite pellicule brune.

Cela ne veut pas dire que tout danger soit écarté. Le mazout échappé du cargo menace toujours les côtes belges et néerlandaises.

On y verra plus clair dans les heures qui viennent. Cela dit, des oiseaux mazoutés ont même déjà été observés ces dernières heures en Belgique et aux Pays-Bas.

Pour Claude Velter, du centre de revalidation pour oiseaux à Ostende, ces oiseaux ont peu de chance de survivre.

"Nous avons reçu des informations concernant une trentaine de goélands, des goélands bruns et des goélands argentés qui volaient avec du mazout, donc qui sont entrés en contact avec la pollution. Ces animaux vont sans doute mourir. Pas directement, mais ils résisteront moins bien à l’eau et au froid. Ils seront donc affaiblis. Si on peut les trouver et les attraper, on s’en occupera, mais la plupart vont sans doute mourir en mer", explique-t-il.

Comment et où ces goélands sont-ils entrés en contact avec le mazout ?

"Ces oiseaux vont se nourrir essentiellement en mer. Ils suivent les bateaux de pêche et puis ils restent et flottent longtemps à la surface de l’eau et c’est de cette manière qu’ils entrent en contact avec le mazout."

Craignez-vous des dégâts de grande ampleur dans les colonies ?

"Non, parce que le grand hivernage n’a pas encore réellement débuté, donc les véritables oiseaux marins comme les petits pingouins et les guillemots ne sont pas encore présents ici. Donc, pas d’impact pour eux."

Un comité de surveillance doit se réunir ce jeudi matin pour décider de la suite des opérations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK