Bouge: un projet immobilier qui dissuade de la voiture, ou du moins qui essaye

C'est là, à la périphérie de Bouge, que la ville de Namur veut installer de nouveaux habitants
C'est là, à la périphérie de Bouge, que la ville de Namur veut installer de nouveaux habitants - © Google earth

Le promoteur immobilier Matexi veut construire 112 nouveaux logements à Bouge, à la périphérie de Namur. Plus précisément: 68 maisons et 44 appartements. Ce sera un quartier "durable", plaide l'investisseur : priorité aux piétons et aux vélos, la vitesse des voitures sera limitée à 20 km/h et les emplacements de parking seront regroupés et légèrement enterrés par rapport aux jardins (de façon à les rendre moins visibles)... "Cachez cette automobile que je ne saurais voir."

Cela dit, le projet prévoit tout de même presque deux emplacements de parking par unité d'habitation (1,8 pour être précis), sans compter les places réservées aux visiteurs. Le nouveau quartier s'apprête donc à absorber 200 voitures !

Homo automobilicus 

Au départ, le promoteur prévoyait moins de places de parking mais les habitants de Bouge, et surtout les voisins immédiats, ont fait remarquer que le quartier était déjà victime du parking sauvage, surtout en journée. En augmentant le nombre de places pour les voitures, paradoxalement, le promoteur a apaisé les craintes des habitants.

L'échevin Ecolo de l'Aménagement du territoire, Arnaud Gavroy, soutient néanmoins le projet. "Il évite l'éparpillement de la ville. Ce nouveau quartier de la rue de la Poteresse sera à proximité des équipements publics. Les commerces de la chaussée de Louvain ne sont pas très loin, tout comme les transports en commun".

Sera-ce suffisant pour dissuader les habitants d'utiliser leur voiture ? Et de renoncer, par exemple, à la deuxième voiture du ménage? Rien n'est moins sûr. 

Épine dorsale

Quand on habite à Bouge, on prend tout de même facilement sa voiture pour aller au boulot, faire ses courses ou conduire les enfants à l'école. La chaussée de Louvain, l'épine dorsale de Bouge, est un aspirateur à voitures, dissuasif pour les vélos ou les piétons. Quant aux bus, qui ne bénéficient pas de site propre sur cet axe, on ne peut pas dire qu'ils offrent un service de transport public très performant ou très moderne.

Dans ces conditions, les futurs habitants de Bouge resteront sans doute des homo automobilicus, comme leurs ancêtres de la fin du 20e siècle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK