Zone de basse émission: 800 automobilistes avertis de leur interdiction de circuler à Bruxelles

La Zone de basse émission (LEZ) mise en oeuvre par la Région bruxelloise au 1er janvier 2018 franchit une nouvelle étape cet été. Depuis le 1er juillet, 800 automobilistes bruxellois ont reçu un courrier d'avertissement mentionnant l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus polluants.

Pour l'heure, il ne s'agit encore que d'avertissements, la prochain étape de cette lutte contre la pollution de l'air débutera le 1er octobre. Il ne s'agira alors plus de simples avertissements, la Région bruxelloise sanctionnera les fraudeurs d'une amende de 350 euros.

76 dérogations sont par ailleurs en cours d'octroi, précise à l'Echo la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Fremault. Il s'agit d'ancêtres et de véhicules de service tels que des ambulances. Toutefois, un pass de 35 euros peut être demandé pour utiliser son véhicule à raison de huit fois par an maximum.

De plus en plus de véhicules concernés

L'interdiction frappera progressivement de plus en plus de véhicules selon leur âge. Dans un premier temps, ce sont les véhicules Euro 1 qui seront concernés, des diesels immatriculés pour la première fois entre le 1er juillet 1992 et le 31 décembre 1996. À l'issue de cette première interdiction, 3000 des 600.000 véhicules immatriculés en Région bruxelloise seront bannis.

Dès janvier 2019, une nouvelle catégorie s'ajoutera à la liste des véhicules prohibés. Ceux portant la norme Euro 2 - première immatriculation entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000 - seront appelés à ne circuler, portant à 33.000 le nombre d'engins interdits d'après le cabinet Fremault. Ces chiffres ne tiennent toutefois pas compte des véhicules immatriculés hors de la Capitale mais qui empruntent malgré tout ses routes.

>>> À lire aussi : la liste des véhicules concernés par l'interdiction année après année

176 caméras de surveillance dédiées à la saisie des plaques ont été installées dans la Région, auxquelles une soixantaine d'autres s'ajouteront d'ici le 1er octobre, précise une note au gouvernement bruxellois. Des panneaux d'avertissement ont en outre été placés à l'entrée de la LEZ.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK