Yves Goldstein à propos du projet Kanal à Bruxelles: "C'est plus qu'un musée d'art contemporain"

Yves Goldstein, l'ex-chef de cabinet du ministre-président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort (PS), est le pilote du projet de nouveau pôle muséal dans l'ancien garage Citroën situé place de l'Yser à Bruxelles. Invité de Matin Première ce vendredi, ce chargé de mission du gouvernement bruxellois est venu présenter son projet dont une première partie va voir le jour dès ce samedi : "Kanal brut", une exposition qui se tiendra du 5 mai 2018 au 7 janvier 2019 en collaboration avec le Centre Pompidou

"Un lieu de culture pour nous rassembler"

Selon Yves Goldstein, la Région bruxelloise s'est dit en 2013 : "On prend notre destin entre nos mains".

"Dans une ville-monde comme Bruxelles, dans une ville cosmopolite comme Bruxelles, dans une ville melting-pot, brassée, mixée comme Bruxelles, nous avons besoin de lieux de culture pour nous rassembler. Et aujourd'hui, ces dernières décennies, ces dernier siècles, les lieux de culture ont rarement investi ces quartiers de Bruxelles qui est le quartier du Canal, qu'on appelle aussi le croissant pauvre, où pas loin d'ici on a des poches de chômage de jeunes de 45 à 50%. Et montrer que le pouvoirs public veut investir un lieu pour faire de la culture un levier d'un meilleur vivre ensemble dans les lieux où on a les publics les plus fragilisés, c'était ça aussi ce que voulait faire la Région bruxelloise", explique-t-il.

"Plus qu'un musée d'art contemporain"

Mais il précise : "Ce n'est pas un musée d'art contemporain que nous construisons ici. Les 40 000 m2 que nous allons ouvrir dans quelques années et les 30 000 m2 que nous activons dès ce samedi dans le garage brut tel qu'il est aujourd'hui, ont une ambition d'être bien plus qu'un musée d'art contemporain. C'est avant tout une ville de la culture, un lieu public"

Pour ce chef de projet, l'idée est "de mettre des espaces au service des Bruxellois : pour venir, pour s'y divertir, pour s'y restaurer, pour y boire un verre, pour voir des amis, pour vivre, pour travailler, pour se rencontrer, pour vivre déjà des projets culturels dans un espace public gratuit (alors que moins de 10% des Belges vont au musée une fois par an)".

Autrement dit, "un lieu de vie tourné vers la culture"

"Les Bruxellois pourront y réaliser leur propre film"

"Kanal brut" est d'ailleurs une première année pendant laquelle "des choses concrètes" vont pouvoir être testées. 

Et de donner en exemple "l'usine de films amateurs" réalisé par Michel Gondry : "1000 mètres carrés de studio de cinéma, accessibles gratuitement trois fois par semaine aux Bruxellois pour y réaliser leur propre film, écrire leur scénario, venir le tourner, le monter et repartir avec le DVD d'un film qu'ils auront écrit eux-mêmes"

Autrement dit, il s'agit de "créer un lieu ou la culture n'est pas seulement un lieu de spectateurs, mais on en devient aussi soi-même acteur"

Les Belges paient-ils pour que les Français viennent exposer à Bruxelles ?

A la question de savoir si ce partenariat avec le Centre Pompidou ne se fait pas au détriment de la culture bruxelloise, Yves Goldstein répond immédiatement par un : "Pas du tout !"

Pour lui, ce partenariat de 10 ans doit "permettre aux Bruxellois d'être autonomes dans 10 ans". Et pour cette première année, la Région bruxelloise va débourser 1,25 million euros : "Dans le monde des musées d'aujourd'hui, avec 1,25 million d'euros, on fait une exposition et demi. Pendant ces 13 mois, il y en a près de 15, ici, dans plusieurs rotations, dans plusieurs espaces".  

Un projet indécent alors que d'autres croulent ? 

La rénovation du site devrait coûter au total 125 millions d'euros. N'est-ce pas indécent alors que d'autres musées croulent ?

Pour Yves Goldstein, il s'agit d'un "faux débat" : "Ces 125 millions d'euros pour rénover le Conservatoire, les Musées royaux (dont le Fédéral a la compétence, ndlr), ils les ont. C'est une goutte dans le budget fédéral. Pour la Région bruxelloise, c'est un investissement très fort".  

En 2012, lors de la 6ème réforme de l'Etat, la Région bruxelloise, dit-il, s'est "battue" pour obtenir une compétence en matière culturelle. "Il y a une volonté de réfléchir pour la région au destin de cette région, au destin de cette ville de Bruxelles dont on ne peut que constater" que le Fédéral traîne à investir dans ses infrastructures culturelles.

Le musée Kanal en images

Vidéo : un automate en action au musée Kanal

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK