Woluwe-Saint-Lambert : une taxe graffiti pour les propriétaires négligents

Woluwé-Saint-Lambert : une taxe graffiti pour les propriétaires négligents
Woluwé-Saint-Lambert : une taxe graffiti pour les propriétaires négligents - © RTBF

Woluwe-Saint-Lambert intensifie sa politique de lutte contre les tags et graffitis. Comme d'autres communes bruxelloises, Woluwe-Saint-Lambert propose depuis trois ans aux propriétaires victimes de tags de nettoyer gratuitement leur façade. Mais aujourd'hui, la commune va un pas plus loin. Elle applique désormais une taxe de 500 euros par mois à ceux qui ne profiteraient pas de ce service. Surprenant? Peut-être. Mais cela part d'un constat : malgré l'incitant financier, trop de propriétaires ne saisissent pas l'occasion de faire appel aux services communaux.

Un scan quartier par quartier

"On va vite les compter." Appareil photo en mains, Hassan El Aachaouch s'arrête devant une façade souillée de l'Avenue Georges Henri. "Il y a quatorze tags au total. Moyens et grands, de diverses couleurs." Avec son collègue gardien de la paix Jonathan Delhaye, ils sillonnent cette fois-ci l'artère commerçante. "Parfois, on ne les voit même plus, tellement ils font partie du décor.", explique Jonathan. "Il faut beaucoup se concentrer, sourit Hassan. On prend des photos, on note, on transmet aux services communaux qui enverront un courrier recommandé aux propriétaires."

"La carotte et le bâton"

Sans réponse de leur part dans les trois mois qui suivent l'envoi du recommandé, la commune leur appliquera une taxe. "500 euros par mois et par façade : je crois qu'ils auront vite fait de réagir", estime le bourgmestre. "C'est la carotte et le bâton. Un certain nombre de propriétaires n'habitent pas la commune, voire la Belgique. Ils ne réagissent pas parce qu'ils ne voient que le rendement de leur immeuble, et pas l'aspect gestion de la qualité de l'environnement dans la commune", analyse Olivier Maingain.

Arrêt devant un magasin d'alimentation générale au volet recouvert de tags. "C'est un habitué, constate Jonathan Delhaye. Malheureusement pour lui, il l'a déjà nettoyé mais il y en a à nouveau." A peine effacés, et déjà revenus : c'est pour lutter contre cet effet boule de neige que la commune de Woluwe-Saint-Lambert a durci son règlement. "Une fois que s'instaure la pratique du tag, sans réaction, les adeptes de cette manière d'agir considèrent qu'ils ont champ libre. Je ne veux pas connaitre à Woluwe-Saint-Lambert ce qu'on connait dans d'autres communes de Bruxelles où vous avez parfois, sur des sections entières de voiries, des immeubles qui sont tagués l'un après l'autre. C'est une dégradation de la valeur patrimoniale, mais aussi de l'esthétique de l'espace public" regrette Olivier Maingain.

Rien que sur l'Avenue Georges Henri, le bourgmestre vient de signer une quarantaine de courriers recommandés à l'adresse de propriétaires. Sur l'ensemble de la commune, quelques 200 dossiers sont ouverts.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK